Après trois mois d’emprisonnement arbitraire au cours desquels ils furent incarcérés sans jugement par le régime Bongo pour atteinte à la sécurité intérieure de l’état et outrage à chef d’état, Messieurs Hughes Bessacque, Brice Obanda, Gervais Amogo, Abdul Allogo Mintsa et Pascal Nkoulou furent finalement relâchés  hier mercredi 1 octobre. Les membres du BDP avaient été arrêtés par les services de renseignements du régime Bongo le 3 juillet dernier alors qu’Omar Bongo clôturait sa tournée de la honte, tournée autour de laquelle le BDP fut fustigé par Omar Bongo lui-même pour avoir osé vouloir son départ du pouvoir.

C?est finalement dans le soulagement que les membres du BDP-Gabon Nouveau rejoignirent leurs familles hier mercredi, après trois longs mois durant lesquels ils furent détenus sans explication pour avoir distribué des prospectus politiques demandant, au nom du BDP, le départ immédiat d’Omar Bongo du pouvoir.

Le BDP-Gabon Nouveau salue cette libération et remercie Amnesty International, les gouvernements amis et organisations internationales qui, au cours des trois derniers mois, ont fait pression sur le régime Bongo pour que cette relaxe se fasse réalité. Nous remercions également les deux avocats commis par le BDP qui ont traité du dossier de nos membres arrêtés dans des conditions de blocage très difficiles, et avec un accès limité aux dossiers et aux prisonniers. Le BDP remercie également ceux de ses membres qui ont été chargés de suivre les dossiers de plainte du BDP auprès des divers organismes internationaux, ambassades et gouvernements, en vue de l’obtention d’une relaxe immédiate de nos compatriotes arbitrairement incarcérés.

Un rapport sur ces arrestations sera publié par le BDP dans les temps qui viennent, rapport qui viendra grossir les plaintes en cours auprès des organismes financiers et donateurs, afin que le régime Bongo soit mis sous embargo économique total et qu’argent ne lui soit plus prêté pour cause de dictature aggravée.

Le BDP salue le courage de ses membres qui, pour défendre leurs convictions, n’ont pas eu peur de la prison. En cela, ils ont donné un exemple de sacrifice personnel qui devrait interpeller la nation gabonaise et la conduire à une prise de responsabilité politique dont le but sera, dans les temps qui viennent, d’?uvrer avec le BDP au départ immédiat du régime Bongo du pouvoir.

Le peuple gabonais ne doit plus jamais rester insensible aux arrestations arbitraires, à la censure de la presse, aux changements arbitraires de la constitution, aux élections frauduleuses, à l’achat des consciences, aux trêves sociales fabriquées de toutes pièces, à la médiocrité, à la bestialité d’un gouvernement animalisé et à la criminalité bongoïste qui sévissent actuellement au Gabon et qui condamnent notre pays à la mort lente, alors même que Bongo et sa mafia d’état se gavent chaque année des richesses de notre pays.

Aux Gabonais, nous disons, le moment approche. Eveillons-nous, Gabon !

Bureau du Porte-Parole

BDP-Gabon Nouveau

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here