spot_imgspot_img

Défi du Dr. Daniel Mengara à Omar Bongo :  » Si Bongo a des couilles, il doit accepter que les élections présidentielles de décembre 2005 soient entièrement organisées par l’ONU  »

——————————————————————————–

Communiqué de presse, pour diffusion immédiate

Montclair, New Jersey, 30 août 2004 (BDP-Presse) – Dans une nouvelle vidéo de v?ux du 17 août à la nation rendue publique aujourd’hui sur le site du BDP-Gabon Nouveau (https://www.bdpgabon.org), le Dr. Daniel Mengara, sans ambages et sans détour, accuse Omar Bongo d’être un homme  » sans couilles « , qui a peur non seulement du BDP, mais aussi de la possibilité d’une élection transparente au Gabon.

C’est là, semble-t-il, la réponse du Dr. Daniel Mengara au défi que lui avait lancé Omar Bongo l’année dernière sur les ondes de RFI.  C’est en effet au cours d’une interview diffusée par RFI le 29 octobre 2003 qu’Omar Bongo lançait un défi au BDP, fustigeant le mouvement d’être un mouvement  » mesquin  » et sans élégance et invitant le BDP à croiser le fer avec lui à l’élection présidentielle de 2005.

 » Moi je leur dis à ceux-là : ayez une manière élégante. Je dis venez au Gabon, constituez-vous en un parti politique qui s’appellerait Bongo Doit Partir, et ce parti présentera son candidat contre Bongo et on verra qui battra l’autre. Mais voilà la bonne politique, mais pas de faire des petits tracts, c’est mesquin tout ça « , avait en effet déclaré Omar Bongo, qui à l’époque revenait d’une longue absence de la scène politique du pays, absence qui avait laissé libre cours à de nombreuses rumeurs sur la possible mort d’Omar Bongo à l’étranger.

Montant à son tour au créneau en ce 17 août 2004, le Dr. Daniel Mengara répond au challenge du dictateur de Libreville par un  » Nous sommes prêts  » sans équivoque :  » Mes chers compatriotes, nous sommes prêts à relever ce défi. La question que nous, au BDP, posons cependant à Omar Bongo est la suivante. Est-il capable de gagner une élection démocratiquement organisée contre le BDP?  »

  » Une chose est de faire de grandes déclarations et de dire de grandes paroles quand on se réfugie derrière l’armée, la fraude et la corruption électorale pour voler des élections. Une autre est de se comporter en homme avec des couilles, capable de gagner proprement une élection, avec ses propres capacités et non celle de l’état ou de l’armée « , ajoute le Dr. Daniel Mengara.

Pour enfoncer le clou, le Dr. Mengara, virulent dans le propos, fait même une proposition osée à Omar Bongo en réduisant toutes les revendications du BDP-Gabon Nouveau à deux petites conditions, qu’il estime capables d’être relevées par tout homme avec des couilles:  » Nous disons donc à Bongo que le BDP acceptera son défi le jour où il se comportera en homme. Pour nous montrer qu’il est un homme avec des couilles, nous disons à Bongo que nous sommes prêt à laisser de côté notre virulence, nos multiples revendications, nos injures, notre impolitesse, mais il faut le mériter. Pour voir un tel changement s’opérer au BDP, Bongo doit accepter aujourd’hui et maintenant deux petites conditions  »

Les deux conditions avancées par le Dr. Mengara sont les suivantes :

1)  ne plus mettre des bâtons dans les roues du BDP et accepter sa légalisation immédiate: ce qui veut dire accepter que le BDP puisse tranquillement venir au Gabon livrer son message d’espoir aux Gabonais.

2) accepter que les élections présidentielles de décembre 2005 soient entièrement organisées par l’ONU.

Une bonne partie du message du Dr. Mengara s’appesantit d’ailleurs sur cette dernière idée. En effet, selon le Dr. Daniel Mengara, seule une élection entièrement organisée par l’ONU apporterait la crédibilité et la légitimité nécessaires au processus électoral gabonais, et cela mènerait à la vraie paix et au vrai développement :

 » 1) Une élection entièrement organisée par l’ONU apportera la vraie démocratie au Gabon
2) Une élection entièrement organisée par l’ONU mettra tout le pays d’accord et ramènera l’unité nationale autour de la personne qui sera élue.
3) Une élection entièrement organisée par l’ONU est ce qui assurera le développement et la paix au Gabon « , précise en effet le Dr. Daniel Mengara.

Refusant ce qu’il appelle la  » Paix cuisses de dindon « , le Dr. Mengara ne manque pas d’inclure dans son message un avertissement solennel à Omar Bongo :

 » Si Bongo refuse cette offre simple et cette occasion de montrer aux Gabonais qu’il est un homme de paix et qu’il n’a peur ni du BDP, ni de la transparence électorale, c’est que Bongo est un homme sans couilles qui ne veut pas le bien du Gabon. Dans ce cas, il ne laissera aux Gabonais d’autre choix que la violence pour le chasser du pouvoir », lance le Coordonnateur du BDP.

Mais le Dr. Mengara ne fait pas que répondre au défi électoral d’Omar Bongo dans son message vidéo. Il décortique aussi le discours fait à la nation gabonaise par Omar Bongo lors de ce 17 août 44ème anniversaire de l’indépendance du Gabon. Ce discours de Bongo, le Dr. Mengara le trouve  » terrible et désastreux « . Pour le Dr. Mengara, ce discours peut être facilement résumé en deux points essentiels : Omar Bongo lie désormais le développement du Gabon aux fêtes tournantes du 17 août. Mais comme il n’a plus la capacité de financer lui-même ces projets de développement alterné, Omar Bongo comme un mendiant demande honteusement aux Gabonais de lui donner 14 mois de paix pour qu’il puisse obtenir l’argent que le FMI lui a promis. Cette attitude de président-mendiant indigne profondément le Dr. Mengara :

 » Mais quelle honte pour le Gabon, mon dieu, quelle honte ! Bongo sait-il au moins ce qu’il dit et ce qu’il fait’ Si maintenant les provinces du Gabon doivent attendre le 17 août pour recevoir de l’argent et ainsi espérer se développer, cela ne veut-il pas dire que chaque province devra attendre 9 ans avant que Bongo ne repense à cette province? Mon dieu, quelle honte pour le Gabon, surtout quand on sait que l’argent que Bongo donne aux provinces lors du 17 août vient de donations faites au Gabon par des pays amis comme la Chine, la France, le Canada, parmi d’autres. Cet argent, en plus, finit toujours par être détourné par tous les requins du régime, y compris Omar Bongo lui-même. A la fin, les populations des provinces finissent par se retrouver avec les mains pleines de promesses, et des chantiers inachevés. Même pour construire dans son propre pays les immeubles qui doivent abriter les symboles de la souveraineté nationale comme l’Assemblée nationale, le sénat et la radio-télévision, Omar Bongo doit aller mendier l’argent dans d’autres pays. A quoi donc sert l’argent du Gabon que Bongo pompe chaque jour des caisses de l’état’  » s’insurge le Dr. Mengara.

 » Comment expliquer que dans un pays riche comme le Gabon, celui qui se dit président soit obligé de se transformer en président mendiant, attendant la faveur soit du FMI, soit de la France, soit de la Chine pour espérer développer son pays, construire un immeuble ou acheter des médicaments ? Où passent donc tous les milliers de milliards que le régime encaisse chaque année du pétrole, du bois et autres richesses du Gabon’  » ajoute le Coordonnateur, outré.

 » Au Gabon, il y a assez d’argent (…)  sans que l’on ait besoin de devenir mendiant auprès du FMI, de la Chine ou autres. Cet argent est coincé dans les comptes privés d’Omar Bongo, de sa famille et de ceux qui sont complices avec lui pour tuer et dépecer le Gabon « , conclut le Dr. Mengara.

Ce discours de 30 minutes du Dr. Daniel Mengara marque une étape importante dans la démarche politique du BDP-Gabon Nouveau. De mouvement aux multiples revendications, le BDP semble ici essentialiser ses demandes en les regroupant toutes à l’intérieur du cadre que constituerait une élection entièrement organisée par l’ONU. Vu que l’ONU pourrait en effet garantir toutes les conditions de transparence nécessaires à l’établissement d’une démocratie véritable au Gabon, surtout après que le régime Bongo ait montré son incapacité à se réformer par lui-même, le BDP y voit l’occasion de pouvoir, grâce à des élections transparentes, apporter au pays la réforme souhaitée par les Gabonais.

Mais pour que l’ONU puisse jouer ce rôle primordial dans l’établissement de la démocratie au Gabon, et pour que le BDP puisse valablement relever le défi du dictateur, Omar Bongo doit se plier à cette idée en prouvant aux Gabonais qu’il est capable de gagner dans la transparence et le fair-play. C’est d’ailleurs ce sens du fair-play qui fait dire au Dr. Daniel Mengara qu’il serait prêt, si Bongo gagne une élection entièrement organisée par l’ONU contre un candidat du BDP, à aller lui-même féliciter Omar Bongo de cette victoire devant toute la nation gabonaise et ainsi contribuer à la réconciliation nationale :

 » Si Bongo gagne une élection entièrement organisée par l’ONU, alors j’irai moi-même avec le BDP rencontrer Omar Bongo après l’élection et le féliciter devant la nation gabonaise. Mais si Bongo perd, qu’il accepte de partir comme un homme, la tête haute et l’âme tranquille. Au besoin, nous pourrons, avec les Gabonais, donner une amnistie totale aux membres du régime pour qu’ils ne soient jamais poursuivis pour les crimes commis lors de leur exercice. La seule condition de l’amnistie sera pour eux de faire état de leur fortune et d’accepter de rapatrier au Gabon leurs fortunes pour les réinvestir légalement dans le pays en tant que businessmen de droit « , lance le Dr. Mengara.

Le Coordonnateur du BDP conclut son message par un appel aux Gabonais, à qui il demande de faire le bon choix et de s’organiser pour exiger d’Omar Bongo qu’il laisse l’ONU organiser les élections présidentielles de 2005:

 » Voilà, mes chers compatriotes, la vraie question que les Gabonais doivent se poser en ce 44e anniversaire de l’indépendance de notre pays. Accepter ce défi, c’est permettre au Gabon de s’unir et de prospérer dans l’entente, la communion et le patriotisme. Refuser ce défi, c’est tuer le Gabon. Faisons le vrai choix de l’unité, de la démocratie et de la paix durables en exigeant d’Omar Bongo qu’il donne la totale responsabilité de l’organisation des élections présidentielles de décembre 2005 à l’ONU, pour que vive le Gabon « .

Pour lire le discours du Dr. Daniel Mengara dans son entièreté, cliquez ici.

Pour écouter le discours du Dr. Daniel Mengara via fichier MP3, cliquez ici : https://www.bdpgabon.org/audios/

Pour voir la vidéo du discours du Dr. Daniel Mengara via RealPlayer, Windows Media Player ou autres, cliquez ici : https://www.bdpgabon.org/videos/

BDP-Presse
BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052, USA
Tel: 973-655-5143
Fax: 973-655-7909
Site: https://www.bdpgabon.org

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES