Distribuez ce document, imprimez la version PDF en cliquant ici.
Le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau, mouvement gabonais d’opposition en exil, réuni à titre extraordinaire en ce jour du samedi 3 décembre de l’année deux mille cinq, a noté avec indignation;

– Que la décision du régime Bongo de refuser au Dr. Daniel Mengara, Coordonnateur du BDP-Gabon Nouveau, le passeport gabonais dans le but de priver les Gabonais de l’opportunité d’entendre le message du BDP-Gabon Nouveau sur le terrain politique national en période électorale constitue une grave et intolérable atteinte aux droits d’autodétermination les plus fondamentaux des Gabonais ;

– Que les derniers développements politiques au Gabon, notamment la dilapidation des ressources nationales à des fins de corruption politique, la fraude, les manipulations électorales, les brimades et le massacre des Gabonais protestataires par le régime Bongo au pouvoir depuis près de 40 ans, confirment la claire intention d’Omar Bongo de se maintenir au pouvoir à vie au détriment de la volonté de changement immédiat du peuple gabonais ;

– Que le Gabon se trouve aujourd’hui confronté à une dérive autocratique qui a vu le régime Bongo supprimer progressivement les acquis démocratiques issus de la conférence nationale de 1990, aux seules fins de se maintenir indéfiniment au pouvoir par des méthodes antidémocratiques et policières ;

– Que le refus du régime Bongo de démocratiser le Gabon et son désir de se maintenir au pouvoir à vie et par tous les moyens possibles constituent une prise d’otage inacceptable de la nation gabonaise et de ses ressources, donc une sauvage agression à l’encontre de la souveraineté du peuple ;

Ainsi, le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau ;

– Vu les misères accumulées du peuple pendant près de 40 ans d’un pouvoir bongoïste mafieux ;

– Vu l’incapacité du régime Bongo de répondre aux besoins les plus élémentaires du peuple gabonais en matières de libertés humaines, d’épanouissement économique, de cohésion nationale et de paix ;

– Vu les manipulations constitutionnelles et les fraudes électorales systématiques depuis 1990, et vu la récente fraude électorale aux élections des 25 et 27 novembre 2005 ;

– Vu la dictature formelle de nouveau instaurée au Gabon ;

– Vu la répression sanglante et systématique des Gabonais essayant de faire valoir démocratiquement leurs droits par la protestation pacifique ;

Conclut ;

– Que rien de bon ne peut plus se passer au Gabon tant qu’Omar Bongo sera au pouvoir ;

– Que le changement au Gabon ne viendra plus par les urnes tant qu’Omar Bongo sera au pouvoir ;

– Que pour changer de régime au Gabon, la lutte démocratique basée uniquement sur l’action politique légale et pacifique ne suffira plus et n’a jamais suffi ;

Par conséquent, affirme :

– Que les élections présidentielles des 25 et 27 novembre 2005 au Gabon furent frauduleuses et soutenues par un processus truqué, non transparent et corrompu, donc illégales et illégitimes ;

– Que la conséquente réélection d’Omar Bongo est donc, de par ce constat, nulle et non avenue ;

– Qu’Omar Bongo est un imposteur et que le BDP-Gabon Nouveau ne reconnaît pas Omar Bongo comme président de la république gabonaise ;

A ce titre ;

– Vu le fait que le BDP-Gabon Nouveau, depuis sa création en 1998, s’est primordialement activé dans le  cadre d’une lutte purement politique avec des moyens purement pacifiques dans l’espoir d’insuffler à la nation gabonaise, et notamment au régime Bongo, l’idée de la nécessité d’une réforme démocratique et économique immédiate au Gabon pour éviter à notre pays de sombrer dans la guerre civile ;

– Vu le refus du régime Bongo de réformer le Gabon dans le sens démocratique souhaité par le BDP-Gabon Nouveau et l’écrasante majorité des Gabonais ;

– Vu l’impossibilité désormais avérée de changer de régime politique au Gabon par les voies démocratiques ;

– Et vu l’urgence ;

Le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau prononce ;

– L’abandon par le BDP-Gabon Nouveau de l’idéologie du combat purement politique par des moyens purement politiques et pacifistes ;

– La transformation du BDP-Gabon Nouveau en un mouvement clandestin de résistance nationale dont le plan d’action va être d’organiser au Gabon, à court, moyen et long terme, un état d’insurrection permanente par tous les moyens possibles ; ceci suppose l’adoption ouverte et sans ambiguïté d’une idéologie révolutionnaire par le mouvement, donc un combat clairement et officiellement militaire et paramilitaire ;

– La restructuration immédiate des mécanismes de fonctionnement internes du BDP-Gabon Nouveau en vue du nouvel objectif du mouvement, notamment la suppression de la fonction de ” Coordonnateur Général du BDP-Gabon Nouveau “, pour le remplacer par le titre de ” Président du BDP-Gabon Nouveau ” et la conduite des réformes internes recommandées ;

A ce titre, le Comité Directeur nomme le Dr. Daniel Mengara au poste de Président du BDP-Gabon Nouveau, avec tous les pouvoirs décisionnels et discrétionnaires que cela impose ;

Et ordonne au Dr. Daniel Mengara, Président du BDP-Gabon Nouveau, de procéder immédiatement, dans le cadre de ce qui a été entériné à la réunion de samedi, à la mise en place des structures suivantes :

– Création, dans un délai de deux semaines au maximum, d’une structure militaire parallèle à la structure politique existante, c’est-à-dire d’une branche armée autonome du BDP-Gabon Nouveau inspirée de l’Umkhonto we Sizwe (” fer de lance de la nation “), branche armée de l’ANC de Nelson Mandela au moment de l’apartheid en Afrique du Sud ; le but de cette structure sera de rechercher le changement au Gabon par des moyens militaires et paramilitaires pour répondre de manière appropriée à l’agression bongoïste;

– Mise en place urgente de cellules et de comités d’action clandestins capables d’entretenir, par divers types de réseaux civils, militaires et paramilitaires, une insurrection soutenue au Gabon à court, moyen et long terme ;

– Etablissement de structures clandestines permettant des communications et interactions sécurisées entre la structure politique du BDP-Gabon Nouveau et la structure militaire autonome du BDP-Gabon Nouveau, afin de permettre une transmission sécurisée des informations et des données entre ces deux structures ;

– Mettre en place un plan de recrutement actif de combattants de la liberté et de résistants capables de mener des actions de commando contre des cibles décidées de manière autonome et indépendante par la branche armée ;

– Communiquer clairement aux Gabonais les objectifs insurrectionnels de la branche armée du BDP-Gabon Nouveau qui va être créée, de manière à clarifier pour tous la nature patriote de cet organe militaire et ses projets de libération nationale à court, moyen et long terme ; et surtout leur bien faire comprendre qu’une lutte comme celle-là peut prendre du temps et qu’elle demandera la collaboration de tous.

– Rechercher des sources de financement importants capable de soutenir les actes d’insurrection non seulement de la branche armée, mais aussi des Gabonais qui, indépendamment, se livreront à des actes de sabotage à l’encontre des intérêts bongoïstes tout autant à Libreville qu’à l’intérieur du pays.

– Modifier la Charte des Membres du BDP-Gabon Nouveau en conséquence pour refléter le nouveau statut clandestin et la nouvelle idéologie de libération nationale du mouvement ;
 
Par ailleurs, le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau ;

Tout en déplorant la décision des partis de l’opposition, notamment l’UPG et l’UGDD, de participer dans la division à une élection perdue d’avance, et tout en regrettant qu’ils se soient lancés dans cette aventure sans mettre en place de vraies stratégies visant à créer la subversion révolutionnaire avant, durant et après le vote pour forcer le régime Bongo à l’abdication ;

Déclare sa solidarité avec l’opposition gabonaise, notamment l’UPG et l’UGDD, et souhaite que l’opposition se fédère mieux en vue d’une meilleure coordination des stratégies révolutionnaires sur le terrain au Gabon même, sans quoi aucune révolution ne peut efficacement réussir ;

A ce titre, le BDP-Gabon Nouveau soutiendra dans la mesure de ses moyens les actions et décisions révolutionnaires de l’opposition sur le terrain au Gabon, à la seule condition qu’il soit sollicité de manière explicite et officielle et qu’une concertation plus formelle soit établie entre les divers groupes de l’opposition dans le cadre concerté d’une vision commune du mode et du type de changement escompté ;

Le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau encourage les Gabonais qui le peuvent à créer, en plus des structures clandestines que mettra en place le BDP-Gabon Nouveau, des réseaux de résistance nationale et de sabotage qui rendront le Gabon systématiquement ingouvernable jusqu’à capitulation finale du régime Bongo ; des instructions détaillées et précises seront mises à la disposition des patriotes gabonais souhaitant se mettre au service du changement par ce type d’actions.

Par conséquent, tout en déplorant le manque de coordination entre les forces de l’opposition, le Comité Directeur du BDP-Gabon Nouveau déclare qu’il soutient et partage le mot d’ordre de désobéissance civile lancé par le camp UPG/UGDD et invite les Gabonais à tout faire pour suivre ce mot d’ordre et commencer ainsi à maintenir le pays dans un état d’insurrection permanente, non seulement à l’occasion de l’appel lancé par l’UPG et l’UGDD, mais aussi dans le contexte plus large de la lutte insurrectionnelle que le BDP-Gabon Nouveau, en tant que mouvement de libération nationale, va mettre en place pour le court, moyen et long terme ;

Le BDP-Gabon Nouveau et les patriotes gabonais épris de paix et de libertés commencent ainsi une ère nouvelle de combat politique avec la création officielle de ce tout premier mouvement gabonais de résistance armée.

Fini donc, le temps où Omar Bongo pouvait gifler impunément les opposants et exiger que l’on tende l’autre joue à plus d’humiliation ;

Fini le temps de l’impunité d’un régime qui a fait de la corruption, des brimades et de la répression policière et économique les instruments de sa dictature ;

Vive le Gabon!
Vive la nouvelle république!

Fait à Montclair (New Jersey, USA),

Le 3 décembre 2005
Le Comité Directeur

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, New Jersey 07052
USA
Tel: 973-447-9766 / 973-655-5143
Fax: 973-447-9766 / 973-655-7909
Site: https://www.bdpgabon.org

Distribuez ce document, imprimez la version PDF en cliquant ici.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here