Le Chef de l’Etat Omar Bongo Ondimba a reçu le 8 janvier dernier une délégation d’émissaires du président soudanais Oumar El Béchir. Ces émissaires sont venus recueillir les avis du président gabonais sur les questions de paix et de sécurité sur le continent, particulièrement dans l’optique de parvenir au dénouement de la crise du Darfour qui s’étend aujourd’hui au voisin tchadien.
C’est pour recueillir les avis et conseils du doyen des chefs d’Etat africains dans la crise qui déchire son pays et qui touche aujourd’hui le Tchad, que le président soudanais Oumar El Béchir a envoyé une délégation d’émissaires à la rencontre du président gabonais le 8 janvier dernier.

Pour Bongo Ondimba, seul le dialogue entre les belligérants et l’implication de la communauté internationale dans le règlement de la crise du Darfour sont susceptibles d’aboutir à un retour de la paix et de la sécurité dans cette partie du Soudan, et mettre fin au déplacement des populations qui cherchent refuge au Tchad voisin.

«Vu le rôle important que le président Bongo Ondimba joue en Afrique et partout dans le monde, le président Béchir, bien au fait des efforts déployés par son homologue surtout dans le règlement de la crise du Darfour, sollicite son soutien dans la signature d’une convention de paix au Sud-Soudan », a déclaré le chef de la délégation des émissaires soudanais.

Pour les protagonistes de cette crise, le conflit soudanais reste avant tout africain et son règlement n’est possible que sur la base d’une médiation purement africaine. Depuis l’enlisement du conflit soudanais, la communauté internationale, l’OMS et bien d’autres organisations humanitaires internationales ont débloqué d’importantes ressources humaines et matérielles au profit des populations victimes de cette crise.

Face à cette catastrophe humanitaire, le directeur régional de l’OMS basé à Libreville, Louis Gomes Sambo, qui accompagnait les émissaires soudanais, a exprimé son regret et son inquiétude au président Bongo Ondimba afin que la communauté internationale consente à débloquer davantage de moyens pour une résolution du conflit.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here