La Chine annonce 953 interpellations au Tibet, où les manifestations se poursuivent

La police chinoise a arrêté au total 953 suspects pour leur implication présumée dans les émeutes survenues au Tibet le mois dernier et plus de 400 ont été inculpés, a annoncé, mercredi 9 avril, le gouverneur de la région himalayenne, précisant que ces personnes n’étaient pas représentatives du peuple tibétain. Qiangba Puncog, président du gouvernement de la Région autonome du Tibet, a néanmoins précisé que les émeutiers ne représentaient qu' »une toute petite minorité » des Tibétains et que les moines qui avaient participé aux manifestations n’étaient de même qu' »une toute petite minorité » du clergé bouddhiste. « Ils ne représentent pas, ils ne peuvent pas représenter le Tibet et la communauté tibétaine », a-t-il ajouté.
Le gouvernement a promis la clémence aux émeutiers qui se rendraient à la police. Selon Qiangba Puncog, 362 personnes se sont ainsi rendues. Parmi elles, 328 ont été relâchées, au motif que leur faute était légère et qu’elles avaient fait preuve d’une « bonne attitude » en la confessant.
LE CALME N’EST PAS REVENU
Malgré ces interpellations, le calme n’est pas revenu dans la région. Quinze moines bouddhistes tibétains ont interrompu, mercredi, un voyage de presse organisé par l’Etat chinois dans une région de l’ouest de la Chine qui avait été le théâtre d’émeutes. Les moines sont sortis brusquement d’un bâtiment du monastère de Labrang, à Xiahe, dans la province de Gansu, et ont traversé en courant une place pour s’approcher d’un groupe de vingt journalistes chinois et étrangers. Nombre de ces moines avaient recouvert leur tête de leur robe. Ils ont déclaré que des moines étaient encore détenus par les autorités, indiquant que des agents armés en civil avaient été déployés dans tout Xiahe. Il y a deux semaines, un voyage de journalistes strictement encadrés à Lhassa, destiné à constater les dégâts provoqués par les violentes émeutes antichinoises, avait été également brièvement perturbé par des moines tibétains.

source: le monde avec Reuters, AFP et AP

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...

Traitement du Covid-19 : La chloroquine et l’hydroxychloroquine sont inefficaces et risquées

La dernière étude de la revue scientifique médicale britannique The Lancet affirme que ni la chloroquine ni l’hydroxychloroquine ne sont véritablement efficaces dans le...

Covid-19 : 194 pays membres de l’OMS s’accordent pour un vaccin équitable et abordable

Les 194 Etats membres de l’Organisation mondiale de la Santé ont approuvé le 20 mai 2020, la résolution prévoyant que tout accès à un...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...