Gabon : 360 millions de FCFA pour fêter les cultures à Libreville

Le comité d’organisation de la fête des cultures s’est réuni le 6 mai dernier à Libreville sous la présidence d’Alain Claude Bilié Bi Nzé, ex-ministre délégué aux Transports, pour déterminer le budget prévisionnel de cet évènement qui sera célébré du 9 au 11 mai prochain dans la capitale gabonaise. Malgré le décret présidentiel portant attribution du budget annuel alloué à l’organisation de ces réjouissances, c’est le ministère de la Culture qui devra puiser dans son budget pour financer cet évènement.
A trois jours du lancement des festivités, le comité d’organisation de la fête des cultures, présidé cette année par Alain Claude Bilié Bi Nzé, a tenu une ultime réunion, le 6 mai dernier à Libreville, en vue de déterminer le budget nécessaire à l’organisation de l’évènement et répartir les rôles et attributions de chacun pour le bon déroulement des festivités.

Au terme des comptes rendus pour la planification de l’évènement, le comité d’organisation a arrêté un budget prévisionnel de 360 millions de francs CFA pour finaliser l’organisation. L’événement réunira, trois jours durant, plus d’une centaine de groupes représentant quelques cent cinquante cultures nationales, sous régionales ainsi que d’Afrique du Sud.

«Depuis deux mois déjà, nous avons mis en place des commissions techniques pour tout mettre au point avant le début de l’évènement» a précisé Alain Claude Bilié Bi Nzé.

Cet ultime conclave aura permis aux différentes commissions du comité de faire état de l’avancement de leurs tâches respectives.

«En ce qui concerne l’habitat traditionnel, nous avons délégué des personnes pour aller à une cinquantaine kilomètres de Libreville pour l’achat des matériaux locaux nécessaires à la reconstitution du village traditionnel. Nous avons également fait le point avec la commission exposition pour voir à quel niveau ils se situent. Les commissions attendent de passer à la phase pratique, c’est à dire l’achat des supports, des espaces, à la réalisation de certaines infrastructures, notamment le village de la fête des cultures ou encore l’habitat traditionnel que nous devons présenter aux visiteurs. Mais ces éléments ne sont à ce jour pas tous achevés faute de budget» a expliqué le président do comité d’organisation.

Malgré le décret présidentiel fixant le budget alloué à l’évènement, les fonds manquent toujours pour boucler l’organisation des festivités et «le ministère de la culture a été contraint de regarder dans ses propres lignes pour trouver le budget nécessaire à la fête. L’évaluation qui a été faite, de 360 millions de franc CFA, nécessite un apport que nous n’avons toujours pas perçu. Nous espérons que dans les quarante huit heures qui viennent, nous parviendrons à combler ce déficit afin de pouvoir confirmer un certain nombre de participations» a conclu monsieur Bilié Bi Nzé.

Du 9 au 11 mai prochain, la capitale gabonaise vibrera aux rythmes et traditions du Cameroun, de Guinée Equatoriale, du Congo, de la République démocratique du Congo (RDC) et de l’Afrique du sud pour l’édition 2008 de la fête des cultures, après une absence de deux ans pour des raisons financières.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....