Gabon : La promotion 2007 d’instituteurs réclame ses affectations

Sortis des différentes écoles de formation du pays depuis décembre 2007, les jeunes instituteurs ont déclenché un mouvement de protestation le 15 mai dernier devant les locaux du ministère de l’Education nationale pour réclamer leurs affectations respectives. Les instituteurs ont notamment expliqué que le retard accusé par la tutelle pourrait entraîner des vagues de désistement lors des affectations.

En attente de leurs affectations depuis décembre 2007, les instituteurs sortis des différentes écoles de formation du pays se sont réunis le 15 mai dernier devant les locaux du ministère de l’Education nationale pour protester contre la précarité dans laquelle les plongent le retard accusé par la tutelle.

La promotion 2007 des principales écoles d’instituteurs de Libreville et Owendo ont posé des barricades et manifesté devant le ministère de tutelle pour réclamer leurs affectations.

«Nous avons fini notre formation le 21 décembre 2007 et jusqu’à ce jour nous n’avons toujours pas été affectés. Nous savons que si nous devons être affectés à la fin du mois d’août ou en septembre, il y aura un problème d’abandon lié aux difficultés financières des uns et des autres» a expliqué le porte parole des instituteurs, Ruffin Ndoutoume Mba.

Les instituteurs ont déclaré que s’ils recevaient leurs affectations dans les plus brefs délais, les désistements seraient moindre. «Si nous prenons nos affectations et prises de service dans les jours qui suivent, nous pouvons espérer qu’à la rentrée scolaire prochaine, nous n’aurons pas de problèmes d’argent, ce qui favorisera l’intégration rapide des uns et des autres» a ajouté le porte parole.

Les recours légaux auprès de la tutelle s’étant avérés infructueux malgré les promesses de leurs responsables hiérarchiques, les instituteurs se sont résolus le 15 mai dernier à employer la manière forte pour prévenir une vague de désistements à la rentrée prochaine.

«Nous avons suivi la voix administrative légale. Nous étions ici la semaine dernière pour rencontrer le ministre délégué chargé de l’Enseignement primaire. Nous avons eu une audience parce que nous voulions poser ce problème de façon responsable et jusqu’à ce jour, nous n’avons pas été appelés, nous n’avons pas eu de suites» avait déploré le porte parole.

Arrivés sur les lieux dans la matinée, les instituteurs ont été reçus par le chargé d’études de la ministre déléguée, monsieur Mba, qui leur a promis la constitution d’une commission ha hoc qui devrait se réunir dès le 20 mai pour pallier cette situation.

La communication des affectations est attendue dans les jours à venir mais elles devront préalablement être authentifiées par le ministre de l’Education nationale, Michel Menga M’Essone, avant d’être considérées comme effectives.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....