Gabon : 800 employés de Gabon Télécom sur la sellette

Dans le cadre du processus de privatisation de Gabon Télécom et sa filiale Libertis suite au rachat de l’entreprise par Maroc Télécom en février 2007, les responsables syndicaux ont annoncé le licenciement imminent de 700 à 800 employés, dont l’Etat devrait prendre en charge les indemnités.
La société gabonaise de télécommunications Gabon Télécom pourrait bientôt licencier 700 à 800 employés dans le cadre de l’allègement des charges suite au rachat de l’entreprise par Maroc Télécom en février 2007.

Depuis le début du processus de privatisation, le fonctionnement de l’entreprise a été miné de nombreux mouvements sociaux en raison des licenciements massifs prévus dans la procédure.
Le gouvernement gabonais avait officiellement approuvé le licenciement d’une partie du personnel de Gabon Télécom et se serait également engagé à financer le plan social consécutif à ces licenciements.
Cette vague de licenciements concernerait également la société Libertis, dont le capital est détenu à 100% par Gabon Télécom et qui est spécialisée dans la téléphonie mobile.

Le responsable de l’un des syndicats de l’entreprise, Fidel Wora, a déploré que les employés soient «devant le fait accompli» et a par ailleurs affirmé que la liste exacte des personnes qui seront licenciées était en voie de finalisation au siège du Comité de privatisation.
«Tous les syndicalistes ont convenu de convoquer ce samedi dans la matinée, une assemblée générale conjointe afin de former un front commun» a affirmé un autre responsable syndical, Guy Jonas Lingombé, l’objectif n’étant visiblement plus de s’opposer au licenciement qui s’avère aujourd’hui inexorable, mais de contraindre le gouvernement à payer des «droits conséquents» à tous les partants.

Dans le cadre des tensions qui subsistent au sein de Gabon Télécom, le président du directoire de Maroc Télécom, Abdeslam Ahizoune, avait effectué un bref séjour à Libreville où il a été reçu en audience le 7 mars dernier par le président gabonais pour tenter de trouver une issue à la crise sociale depuis l’arrivée de l’équipe dirigeante marocaine. Ils avaient notamment abordé la question des offres de départs volontaires proposées par la direction générale de Gabon Télécom.
Maroc Télécom avait annoncé n’avoir besoin que de 250 employés pour faire fonctionner Gabon Télécom et sa filiale Libertis, alors que la société Gabon Télécom et ses filiales emploient actuellement plus de 2000 agents.

Pour rappel, en 2006, l’entreprise avait déjà difficilement licencié plus de 650 collaborateurs pour accélérer la privatisation. A l’époque, ces départs avaient provoqué de vives protestations sociales en raison de la modicité des indemnités de départs allouées.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....