spot_imgspot_img

Gabon : Ndaot, un grain de sable de l’accord de cogestion de Port-Gentil ?

Conformément à l’accord de cogestion signé le le 23 mai par le PDG, l’UPG, l’UGDD, l’ADERE et la liste Tchango pour la cogestion de la commune de Port-Gentil, les conseillers municipaux ont élu le 24 mai André Jules Ndjambé(PDG) à la tête de la mairie centrale de la capitale économique. Le vote s’est déroulé à l’absence des 28 conseillers municipaux de la liste du maire sortant séraphin Ndaot Rembogo qui appelait déjà la veille les populations à refuser cet accord.

La ville de Port-Gentil n’aurait eu qu’un répit de quelques heures pour connaître le nom de son nouveau maire, André Jules Ndjambé, élu le 24 mai par le collège des conseillers municipaux issu des élections locales du 27 avril deernier.

Ce vote repoussé d’un jour est conforme à l’accord signé le 22 mai à Libreville par quatre formations politiques, l’Union du peuple gabonais (UPG), l’Union gabonaise pour la démocratie et le développement (UGDD), l’Alliance démocratique et républicaine (ADERE), le Parti démocratique gabonais (PDG) et l’indépendant Tchango autour du président Bongo Ondimba pour la cogestion de la commune de Port –Gentil.

Le 22 mai, pendant que les quatre formations politiques affinaient leur accord de cogestion, des tracts menaçant s’en prendre aux intérêts français dans cette localité si cette alliance venait contrarier le verdict populaire du scrutin du 27 avril dernier circulaient à Libreville.

Bien que cet accord soit conforme à l’esprit du mode de scrutin, la proportionnelle, retenu pour ces élections locales, les partisans de la liste du maire sortant Ndaot, qui a remporté 28 sièges sur les 63 mis en jeux, c’est-à-dire plus des sièges que tous les partis politiques qui ont présenté des candidats dans cette commune, estiment cet accord s’apparente à un déni de démocratie parce qu’elle prive la liste qui a récolté les plus grand nombre des suffrages des portgentillais d’administrer la ville.

L’élection du nouveau maire s’est déroulée sans les conseillers de la liste Ndaot qui ont ainsi refuser de participer à ce « hold up » très démocratique qu’autorise une élection à la proportionnelle.

Toutefois, selon certaines sources proches des partisans de Maître Ndaot, les exclus de l’accord de cogestion de la commune de Port-gentil attendent la nouvelle équipe municipale lors du vote du budget de la commune.

Selon ces sources, la loi exigerait un quorum de 42 conseillers pour le vote du budget de la commune. Or l’alliance conclut le 22 mai au palais de bord de mer ne totalise que 35 conseillers sur les 63 investis à l’issu des élections du 27 avril dernier.

S’achemine-t-on vers un blocage des institutions municipales de la capitale économique ?
D’ores et déjà, Port-Gentil semble mal partie avec un caillou dans la chaussure nommé séraphin Ndaot. Mais d’ici au vote du budget, ce dernier pourra-t-il tenir ses conseillers droit sous sa bannière ? La défection est un sport dans l’arène politique ici et les deux camps qui s’affrontent à Port-Gentil le savent.

Pour rappel, le programme de cogestion accorde la mairie centrale et le poste de quatrième adjoint au PDG. L’UPG hérite des postes de premier et troisième adjoints au maire tandis que l’UGDD obtient le poste de second adjoint.

Selon les termes de l’accord, le premier arrondissement de Port Gentil revient à l’UGDD et le quatrième à l’ADERE, tandis que les second et troisième arrondissements restent sous le contrôle du maire sortant, Séraphin Ndaot. Les sièges de sénateurs des deux arrondissements aux mains de la nouvelle alliance reviendront à l’UPG et au PDG lors du renouvellement de du sénat en février 2009.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES