Gabon : Martin Bongo Gnawa quitte Pierre Mamboundou

Candidat non partant de l’Union du peuple gabonais (UPG) aux consultations électorales du 27 avril dernier à Bongoville, le village du président Bongo, Martin Bongo Gnawa fils a définitivement quitté les rangs de ce parti le 26 mai dernier pour insuffisance de moyens financiers.

Dans une déclaration radio diffusée le 26 mai dernier à Libreville Martin Bongo Gnawa Fils, ancien candidat de l’Union du peuple gabonais de Pierre Mamboundou Mamboundou a décidé de quitter définitivement les rangs du parti.

Le membre démissionnaire justifie son départ du parti par l’insuffisance de moyens financiers à l’origine de son échec aux élections locales du 27 avril dernier dans la commune de Bongoville.

Il a déclaré « Martin Bongo Gnawa membre de l’Union du peuple gabonais n’est plus en phase avec la politique prônée par l’UPG parti de l’opposition. Considérant que le traitement supposer être celui que devrait prendre le candidat de l’UPG dans le Haut Ogooué précisément à Bongoville chef lieu du département de la Ndjouori Agnili n’a pas été assuré par le parti ».

« Considérant que en ma qualité de candidat malheureux contre Ali Bongo Ondimba à Bongoville et la détermination affichée par le parti adverse, l’insuffisance des moyens et le manque d’engouement constaté de la part de la hiérarchie d’aller sur le terrain ont accoeurer ma rage de vaincre. Voici les ingrédients qui ont mérité en faveur de ma non participation aux élections locales récentes, considérant que mon implication dans le parti bouder par une frange du directoire du parti devient désormais plus utile d’où la marginalisation dont je suis victime » a ajouté le membre démissionnaire.

« J’ai donc décidé de me mettre en marge des activités de l’UPG. Peuple gabonais cette décision prise après une longue réflexion m’oblige également à formuler des excuses à l’endroit de mon grand père le chef de l’Etat son excellence El Hadj Omar Bongo Ondimba et à mon père Gustave Bongo pour lesquels sans aucun doute mon engagement politique jusqu’à ce jour restait incomplet d’aucuns ont pensé que derrière ce choix il y a la main invisible de Gustave Bongo dont je suis le fils.

Je formule aussi à l’ensemble de la famille surtout à mes oncles mes excuses pour le désagrément causé et à tous les Upégistes de Bongoville que j’ai embarqué dans cette aventure et leurs demandent de revoir leurs convictions politiques afin que s’ils le désirent ils peuvent poursuivent leurs activités au sein de l’UPG » a conclu Martin Bongo Gnawa Fils.

Selon des sources concordantes, le candidat de l’UPG aux élections législatives et aux dernières locales à Bongoville a quitté sa formation politique pour faire taire les dissensions qui se sont fait jour au sein de la famille du fait de son appartenance et surtout de son culot à briguer un mandat dans cette contrée qui a toujours voté pour Ali Bongo.

Les mêmes sources précises d’ailleurs qu’il aurait reçu de fortes pressions de la part se son père, le Secrétaire général du ministère des Finances, et que par ailleurs son salaire aurait été coupé depuis quelque temps.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....