Gabon: Des plantations à la périphérie de Libreville pour « joindre les deux bouts » dans certains ménages

Plusieurs responsables des ménages vivant à Libreville reconnaissent, parallèlement avec leurs activités professionnelles respectives, posséder des plantations de cultures vivrières aux abords de la capitale, où ils se rendent tous les week-ends Pour, disent-ils « joindre les deux bouts ».
« Chaque année, et ce depuis longtemps, je fais toujours une plantation à Nzamaligué sur la route de Donguila, car le salaire que je gagnais lorsque je travaillais encore ne me permettait pas de nourrir aisément ma nombreuse famille», affirme Albertine Ngadou, administrateur de santé à la retraite qui déclare avoir eu dix maternités.

Les arguments d’Alain Roger Moundounga, instituteur dans un établissement privé de la place, sont quasiment similaires « S’il faut uniquement compter sur nos maigres salaires, surtout à l’heure où la vie devient de plus en plus chère, on ne peut pas bien nourrir sa famille à Libreville. Nous sommes bien contraints de nous adonner aux activités agricoles pour joindre les deux bouts. Moi, sauf cas de force majeure, tous les week-ends je vais à Nkoltang sur la Nationale 1 où se trouvent mes plantations ».
Toutefois, le revenu à priori, n’est pas la principale source de motivation car nous avons également un enseignant de l’Université Omar Bongo qui dit avoir des plantations au PK 68 de Libreville.

Par ailleurs, si certains, comme nos deux premiers témoins, se limitent à une agriculture de subsistance, d’autres, par contre, cultivant sur des grandes surfaces, avouent commercialiser leur production. C’est le cas de Ruffin Mayila, agent du ministère des finances, qui affirme qu’« avec mes enfants qui m’épaulent, je cultive la banane en grande quantité à la Remboué que j’écoule sur place à la maison. Je n’ai même pas besoin d’aller au marché. Les clients sont mes proches ».

Enfin, un huissier de justice, dit disposer de vastes champs d’ananas dont les fruits sont vendus dans les différents carrefours de la Ville.
En rappel, malgré les vastes forêts, l’autosuffisance alimentaire reste l’un des défis majeurs du Gabon.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Modèle de lettre du policier, gendarme et soldat patriotes

Voici la lettre type que nos policiers, gendarmes et soldats peuvent utiliser pour leur démission. Remplacez les éléments en gras souligné avec l’information qui...

Gabon: deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid

Des heurts entre la police et des manifestants qui participaient au concert des casseroles pour exiger l’allègement des décisions du gouvernement contre la propagation...

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

La garde rapprochée de l’ex–président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la...

Covid-19: les Gabonais sortent les casseroles pour protester contre le confinement

Au Gabon, concerts des casseroles à Libreville et dans plusieurs villes du pays. Démarré timidement mercredi, le mouvement a pris de l’ampleur la nuit...

Coronavirus: l’Afrique franchit officiellement la barre des 100 000 morts

L'Afrique, qui subit une seconde vague de coronavirus, a passé la barre des 100 000 morts depuis le début de la pandémie. Mais le...

Jusqu’où ira l’escalade entre le Soudan et l’Éthiopie ?

Les deux nations semblent avoir fait un pas de plus vers la guerre alors que leur différend frontalier dure depuis maintenant trois mois. Après...

Suivez-nous!

1,703FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES