Gabon : Le cri de détresse des enfants des rues de Libreville

Organisés en réseau de solidarité, les enfants des rues de Libreville ont lancé un appel aux autorités compétentes le 16 juin dernier pour la mise en place de mesures incitatives de réinsertion sociale et professionnelle. A l’occasion de la Journée de l’enfant africain, ces jeunes démunis ont témoigné de la précarité de leur situation et de l’exclusion socio professionnelle à laquelle ils sont confrontés.

Les laissés pour compte des mutations de la famille africaine ont élevé la voix le 16 juin dernier, à l’occasion de la Journée de l’enfant africain, pour réclamer la mise en place de structures spécialisées en vue de leur réinsertion socio professionnelle.

Organisés en bandes, en guise de réseau de solidarité, les enfants de la rue ont lancé un appel de détresse aux autorités compétentes pour qu’une main leur soit tendue afin qu’ils aient une chance de sortir du carcan de la misère qui pousse certains d’entre eux vers la délinquance.

En vue d’affronter les difficultés du quotidien, plusieurs centaines d’enfants et d’adolescents, âgés de 9 à 20 ans, errent dans les rues de la capitale gabonaise et se sont organisés en réseau de solidarité, par quartiers ou par activités de subsistance.

Gestionnaires de parkings publics ou nettoyeurs de véhicules, les alternatives sont peu nombreuses et peu reluisantes pour ces enfants qui sont pour la plupart orphelins quand ils n’ont pas fuit les maltraitances familiales.

« Chacun cherche ce qui peut lui permettre de manger, de se vêtir, de se soigner, de subvenir à ses besoins. Les enfants de la rue bravent tous les dangers. (…) Je n’ai jamais souhaité être là ou je suis, mais je compte bien m’en sortir en suivant une formation car, nous ne voulons plus que le gouvernement nous regarde comme des délinquants, des ratés, des pestiférés dangereux, mais plutôt qu’il nous vienne en aide en nous offrant des portes de sortie, car nous avons la volonté de changer » explique Yoann, 16 ans, qui a quitté le domicile familial à l’âge de 11 ans suite à des maltraitances.

« Pourquoi le gouvernement ne prend-il pas la décision de nous recenser et de créer des centres d’apprentissage des petits métiers pour nous’ (…) Les enfants de la rue ont aussi des ambitions dans la vie comme trouver un travail, fonder une famille et se prendre en charge. Tout cela n’est possible que si une opportunité leur est offerte! » s’insurge Rony, 18 ans, orphelin livré à lui même depuis l’âge de 7 ans.

Ikapy, 15 ans, affirme que sa famille étant trop pauvre pour l’assumer, il est « bien obligé d’aller chercher de quoi manger, et se vêtir. Par mes business, j’arrive à m’offrir de temps en temps l’essentiel »poursuit-il.

Les structures d’accueil des enfants abandonnés sont également pointées du doigt par les enfants des rues, qui dénoncent des maltraitances récurrentes. Jean Bosco, 17 ans, ancien pensionnaire du centre pour enfants abandonnés d’Angondjé, raconte que des traitements parfois inhumains sont infligés aux enfants à l’intérieur de certains de ces centres, comme la privations de nourriture ou de libertés élémentaires.

Si en 1980, les pays africains brandissaient la notion de famille africaine élargie comme barrière au phénomène des enfants des rues, il semblerait que les mutations socio culturelles aient créé des laissés pour compte dans les grandes métropoles du continent.

A l’occasion de la Journée mondiale de l’enfant africain, le Mouvement pour le redressement de la nation (MORENA) a dénoncé que « la situation de l’enfant demeure stagnante et caractérisée par de nombreuses violations des droits à l’éducation et à la santé » s’est insurgé Luc Bengono Nsi.

En commémoration des morts de Soweto en 1976, la Journée de l’enfant africain est devenu un tremplin pour des actions humanitaires et informationnelles organisées par diverses organisations en vue de soutenir les enfants défavorisés du continent.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....