La diplomatie française en Afrique au service des intérêts économiques

Finis les états d’âme sur le manque de démocratie ou la corruption en Afrique : la France doit « défendre ses parts de marché » menacées par les pays émergents comme la Chine ou l’Inde. Le discours-programme tenu par Alain Joyandet, nouveau secrétaire d’Etat chargé de la coopération et de la francophonie, jeudi 19 juin à Paris, marque un tournant vers la défense des intérêts économiques de la France. Paris « va changer de cap » et « se repositionner sur le continent africain » pendant que sa politique de coopération va « changer de voilure », a promis M. Joyandet. Sur un continent « où la croissance redémarre », l’aide au développement économique, « meilleur vecteur de la démocratie », va être privilégiée.

Il y a six mois, son prédécesseur, l’ex-socialiste Jean-Marie Bockel, avait fait sensation en déclarant vouloir « signer l’acte de décès de la Françafrique », dénonçant la dilapidation de l’aide de la France par certains potentats africains. Les vigoureuses protestations des intéressés, notamment le président gabonais Omar Bongo, avaient abouti, en mars, au remplacement de M. Bockel par M. Joyandet, par ailleurs peu apprécié du ministre des affaires étrangères, Bernard Kouchner.

En trois mois, le nouveau secrétaire d’Etat a visité une vingtaine de pays, principalement africains. Son tout premier voyage, en avril, avait été réservé au chef de l’Etat gabonais, afin de « mettre fin à une ambiance pas très bonne », s’est justifié, jeudi, M. Joyandet. A présent, il s’agit de « mettre fin à une certaine période de naïveté » et, « loin du discours compassionnel », d' »accompagner l’Afrique qui marche, l’Afrique qui entreprend ».

Parmi les « chantiers » annoncés, celui visant à « conforter l’audiovisuel extérieur » invite ainsi RFI, TV5 et France 24 à mieux couvrir « les bonnes nouvelles en provenance du continent ». Mais l’essentiel, pour le nouveau secrétaire d’Etat, est désormais d' »encourager l’initiative des acteurs économiques tant africains que français ».

Alors que les traditionnelles positions françaises sont affaiblies par le recul drastique et déjà ancien des budgets de coopération, ainsi que par les appétits asiatiques, M. Joyandet affirme que la France doit « réaffirmer ses ambitions ». « Sinon, le nouveau frémissement sera happé par nos concurrents », prévient-il.

Dans ce but, 1 milliard d’euros supplémentaires va être « engagé » chaque année par l’Agence française de développement (AFD), soit une augmentation de 25 %. Cette annonce, déjà partiellement faite par Nicolas Sarkozy au Cap (Afrique du Sud), concerne pour la moitié la distribution de prêts bonifiés à des « jeunes Africains qui veulent entreprendre chez eux ».

Le montant de ces prêts entrera dans le calcul de l’aide publique au développement sans ponctionner le budget de l’Etat. La mesure doit s’accompagner d’une réforme de l’AFD dont l’autonomie à l’égard des choix de l’Etat est critiquée.

Alain Joyandet souhaite aussi « relancer l’agriculture » et « valoriser le rôle des femmes dans l’économie ». Il a annoncé la « multiplication par trois » du nombre de volontaires français « sur le terrain » et une augmentation de la part de l’aide publique au développement transitant par les organisations non gouvernementales (ONG).

La prestation du secrétaire d’Etat n’a pas convaincu l’ONG Oxfam France-Agir ici, qui reproche à Alain Joyandet de « n’envisager l’aide au développement qu’au service des intérêts de la France ». Il n’a pas prononcé le mot « pauvreté », poursuit Oxfam, et « refuse le moindre effort budgétaire », contrairement aux objectifs de l’ONU.

Alors que la France a réduit de 15 % son budget d’aide au développement en 2007, le secrétaire d’Etat a reconnu que le pays avait « du mal » à tenir ses engagements, mais en avait « la volonté ».

Exprimez-vous!

  1. j’ai apprecie votre site . je vous encourage de contnuer dans ce sens. Pouvez-vous m’aider a avoir des informations concernant les perspectives sur les relations France-Afrique au 21e siecle ?

  2. En matière de diplomatie internationale française, la France pratique deux sortes de diplomatie. 1/ il y a une diplomatie adulte, révérencieuse, soucieuse de ne pas heurter et loyale avec les européens, les américains (nord et sud) les asiatiques, les indiens, les arabes. 2/ il y a une diplomatie immature, paternaliste, souvent dominatrice et prédatrice avec les africains. Le sommet Euro-Méditerranée qui vient de se terminé à Paris est un exemple d’une diplomatie entre adultes. D’importants accords ont été conclus. Par exemple : Autoroute maritime, dépollution de la Méditerranée, coopération dans le domaine de la recherche, accord sur le nucléaire civil, facilité des échanges commerciaux, facilité pour l’obtention des visas entre les deux rives de la Méditerranée, et bien d’autres accords notables. Il s’agissait d’un sommet entre des vrais chefs d’états; Egypte, Tunisie, Syrie, Maroc, Israël, Algérie, Liban ainsi que l’Europe des 27. Rien à voir avec les sommets franco-africain ou l’on ne parle quasiment que d’aides, de guerre tribale, de riz, de 2ème, 3ème, 4ème bureau, de sécheres, de forage de puits dans les villages du sahel negro-africain, de pompe à eau, de grains pour les populations africaines, des micros projets pour les femmes des villages, Bref rien de bien important. Rien qui présage un futur développement de l’Afrique noire. On n’envisage que des projets mineurs comme-ci les africains n’étaient pas apte à voir les choses en grand pour leur grand continent. Comme-ci les africains étaient des hommes préhistorique, et on ne devait pas leur tenir un discours autre qu’alimentaire. A chaque sommet franco-africain, on ne parle que du tube digestif des populations africaines. Et pourtant l’Afrique est le continent le plus sous-développé. Il manque de tout en Afrique noire : autoroutes, routes, hôpitaux, écoles, logements sociaux, médicaments, travail, santé etc. Mais en Afrique nos « présidents » sont pour la plus part que des valets à la solde de la France.

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....