Gabon: Le Mussungu, l’autre véritable industrie de la canne à sucre

Le Mussungu ou « top canne » pour certains, boisson à base de jus de canne à sucre, très prisée par les adeptes et disciples de Bacchus à Libreville et ses environs, constitue, comme le révèlent plusieurs acteurs du « secteur » qui reconnaissent, en tirer profit et « gagner leur vie », une véritable industrie qui ne dit pas son nom
Déjà, au PK 68 de Libreville, devenu véritable « zone sucrière », où se ravitaille la majorité des tenanciers des « dépôts » de la capitale, le mussungu, produit dans la zone en quantité industrielle, constitue la principale source de revenus des différents ménages qui, pour certains, à la place des techniques très rudimentaires utilisées jadis, ont désormais recours à des machines à presser modernes. Grâce à cette « innovation », les conditions hygiéniques de production sont devenues moins douteuses.

Selon les propos d’Angélina, l’une des vendeuses de mussungu rencontrée au P.K 6, « Là-bas, ce n’est pas seulement la quantité, la qualité y est aussi est assurée, car, ailleurs, il y a des fabricants de mauvaise foi qui font n’importe quoi. Ils ajoutent par exemple de l’eau dans le vin, uniquement pour duper les clients et augmenter leurs bénéfices »

« Pour moi, comme pour beaucoup d’autres vendeuses, nos stocks proviennent de du PK 68 où nous achetons à 5000 f CFA le bidon de 20 litres » affirme Marie-Louise Soloukouana qui dit pratiquer ce commerce depuis près de dix ans.

Les marges bénéficiaires, avoisinant les 100%, sont assez acceptables aux dires de notre témoin qui assure que « dans ces 20 litres vous pouvez tirer un bénéfice de 4500 f CFA puisque nous vendons le litre à 500 f CFA et à 250f le demi ».

Est-ce suffisant au regard des charges ? Olga Oubogou, qui tient aussi un dépôt au petit marché du P.K 7 dans le 3ème arrondissement de Libreville, répond par l’affirmative, car, dit-elle, « dans le mois je trouve de quoi payer les 15.000 du local dans lequel je vends, mais également mon loyer et subvenir aux autres besoins personnels ».

« Vous savez ? Même si parfois il faut faire avec les mauvais payeurs, il y a, tout de même, des gens à qui on donne du vin « en bon » au-delà de 50.000 et qui vous les payent sans rechigner une fois qu’ils touchent leur paie » confie-t-elle.

En outre, toutes les commerçantes ne pouvant pas se rendre au P.K 68, d’autres acteurs ont intégré le « circuit » pour répondre à la demande. Ils disposent des « dépôts de vente en gros » dans certains quartiers, notamment Avéa et Venez-Voir, où « pour couvrir les frais de transport et autres y afférents, au lieu de 5000, les 20 litres sont vendus plutôt à 5.750. Ces derniers affirment être « abonnés » à des chauffeurs qui se chargent du transport du « liquide ».

C’est dire que dans la chaîne de production du « top canne » encore appelé « le local », plusieurs personnes « trouvent leur compte ».

Toutefois, le bonheur des uns pouvant faire le malheur des autres, le mussungu, fermenté à base des écorces du Wali ou Biala, bois très amère dont les vertus dont diversement vantées, est une boisson fortement alcoolisée donc dangereux pour la santé. A consommer absolument avec moderation

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....