Gabon: UA : Bongo Ondimba fait parler la bienveillance africaine avant le huis clos décisif sur la crise zimbabwéenne

Dans une déclaration faite face aux médias internationaux, notamment français, lundi à Sharm El-Cheikh, le chef d’Etat gabonais, Omar Bongo Ondimba, sous le questionnement inhérent aux nombreuses pressions internationales sur l’Union Africaine à charge non pas d’examiner avant un jugement conséquent, mais de condamner le régime Robert Mugabe sans une autre forme de procès, a rappelé le statut juridique du leader zimbabwéen à l’opinion internationale, statut qui lui a valu les honneurs dus à son rang à la Conférence ordinaire de l’Union Africaine (UA), avant un examen profond de la crise qui prévaut dans son pays au cours d’un huis clos décisif qui se tient ce jour même, en Egypte.

« Il a été élu, il a prêté serment, il est là avec nous, alors il est président, on ne peut pas lui demander plus. Ils ont fait des élections, je crois qu’il les a gagnées », a déclaré Omar Bongo Ondimba, selon l’AFP et à la radio française, RFI, en marge des débats du 11ème Sommet de l’UA. Il s’agit là des propos qui, à priori, pourraient laisser croire, que le Doyen des leaders africains et par conjecture le cercle des sommités africaines réuni à Sharm El-Cheikh seraient solidaires aux dérapages politiques et au non respect des exigences démocratiques modernes suivant les normes dites internationales. Mais un regard introspectif sur la réaction du chef de l’Etat gabonais rappelle à suffisance les besoins de pondération à pareille circonstance. En effet, au continent noir, les valeurs de respect, de politesse, et de bienveillance sont de rigueur dans le règlement des palabres, aussi brûlante puisse être la situation.
Peut-être faudrait-il se demander sous quel rang officiel le monde connaît M. Mugabe, avant de comprendre pourquoi, il a eu droit aux honneurs, à un siège, un micro depuis son arrivée à l’UA et à la parole ce mardi 1er juillet 2008, lorsqu’il s’agira certainement au Conseil des sages africains de recueillir sa version des faits à l’occasion de ces assises.

Par ailleurs, l’Union Africaine étant gorgée de structures adéquates pour le traitement des crises qui jonchent le continent – le Conseil de Paix et de Sécurité, la Commission de l’UA ont fait des comptes rendus de leurs rencontres à la conférence des chefs d’Etats – il serait à ce propos de bon aloi que la Communauté internationale attende le verdict de cette structure autonome, garante de la vie des peuples de tout un continent. Et le leader gabonais, Omar Bongo Ondimba de renchérir : « d’ores et déjà, je peux vous dire que l’on n’est pas obligé de suivre les injonctions d’outre-mer…Les Africains sont capables de décider par eux-mêmes ».

Et poursuivant son propos au micro des journalistes français, le président de la République gabonaise a dit au nom de ses pairs que : « Nous comprenons les attaques (de la communauté internationale), mais ce n’est pas comme ça qu’ils auraient dû agir. Ce qu’ils ont fait, c’est un peu trop grossier à notre avis, et nous pensons qu’on aurait pu nous consulter d’abord, envoyer par exemple un message à la présidence de l’Union pour demander ce que nous pensons », a-t-il expliqué soulignant que l’Afrique « leur répondra par une fin de non-recevoir ».

Mais connaissant les bons offices de conciliation du Doyen d’Afrique, il est fort à parier qu’au lieu d’une position rigide envers le régime en place au Zimbabwe, ce qui pourrait peut-être conduire à des affronts, au pire des conflits armés source d’effusions de sang, le partage du pouvoir entre le régime en place et l’opposition durant une transition pour des élections crédibles à venir, semble constituer, selon des observateurs avertis, la position idéale pour éviter une nouvelle crise humanitaire.
En tout cas, c’est ce qu’a semblé indiqué le président Bongo Ondimba lorsqu’il a déclaré qu’il était trop tôt pour se prononcer et que cela devait être discuté en séance plénière « après la présentation des rapports que doit nous faire Thabo Mbeki », médiateur dans la crise zimbabwéenne au nom de la Communauté de développement économique d’Afrique australe (SADC). Le communiqué du huis clos, très attendu ce jour, en dira plus.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....