Des incorrigibles dinausores du continent

Le cas Gabonais, le Président Omar BONGO , maintenu au pouvoir depuis des siècles et au moment où peut-être , qu’il s’apprête à se retirer , il cherche à se faire remplacer par son fils , comme si le Gabon appartient exclusivement à la famille Bongo.
Au pouvoir depuis quarante ans, Omar Bongo Ondimba bat les records mondiaux de longévité politique. Mais il n’a pas fait grand-chose pour son pays (…)Le reggae man Ivoirien Alpha Blondy disait dans l’une de ces chansons je cite : « Tout change ,seuls les imbéciles ne changent pas ; les ennemis de l’Afrique sont des Africains » ; permettez moi Messieurs si le terme heurte un tout petit peu.Que puis-je retenir d’une Afrique dépourvue de ces valeurs par ses propres fils devenus bourreaux, complices, traîtres, démagogues et ennemis de leur propre continent.

De véritables illusionnistes convaincus, après avoir commis de atrocités sur leurs concitoyens ,contraint d’autres en exile , réduit bon nombre au silence, bradé leur ressources naturelles moyennant quelques biens immobiliers en Europe, ces « pervers de nos Républiques », se lancent à présent dans des marathons pour la mise en place d’un gouvernement continental.

*L’idée n’est pas mauvaise et répond à la vision de Nkrumah, cet illustre Africain qui fut le précurseur du Panafricanisme, porté à la tête du premier Etat indépendant d’Afrique, dont il devient le président en 1960, et a activement œuvré pour la libération des pays encore soumis à la domination coloniale.La politique extérieure de Nkrumah est toute entière fondée à la construction de l’Unité africaine qu’il pense comme une fusion organique des Etats Indépendants et non comme leur simple coopération.Il entend promouvoir sa doctrine originale, le « consciencisme », qu’on appelle parfois aujourd’hui le « nkrumaïsme ».

Interrogez vous Messieurs, si vos actions s’inscrivent aussi dans cette vision. Comment pouvez-vous envisager la mise en place d’un Gouvernement continental si la population sur laquelle ,vous êtes censés garantir leur sécurité devient du coup votre cible à abattre ? cette population qui croupit dans des prisons parce qu’elle a dénoncé votre gabegie dans la gestion des biens publics ; ces peuples battus, humiliés, torturés , dépouillés de leurs droits les plus élémentaires.

L’éducation, la bonne gouvernance, le respect des droits de l’Homme, l’insécurité, les bavures policières ou des milices, l’impunité, les exécutions extra judiciaires , la liberté d’expression, la famine , l’Etat de droit ,devraient d’abord trouver des solutions urgentes dans vos Etats respectifs.Il y en a ceux qui sont arrivés au pouvoir par les urnes régulières et se sont transformés après, en bourreaux et persécutent leurs concitoyens ; d’autres par contre , ont pris le pouvoir par les armes via le massacre des populations civiles et militaires , et continuent de se dresser contre toutes personnes osant critiquer votre politique de mafia, de pillages de l’économie et de clientélismes. Bon Dieu ! qu’avons nous fait pour mériter de tels sorts ?, est-ce une malédiction ?

L’Ivoirien Houphouët Boigny a dirigé son pays sans partage mais au moins il a construit son pays ; il s’est opposé à l’idée d’Ėtats-Unis d’Afrique et remet en cause les souverainetés nationales récemment acquises. Toutefois, il n’est pas contre l’unité africaine qu’il conçoit sous la forme d’une coopération au cas par cas .Le Président Senghor qui s’est battu pour sa négritude et participé à la promotion de la Langue Française , sans pour autant mettre en valeur les langues Africaines.

A part la promotion de la langue de Molière, qu’est ce que le Président Senghor a laissé d’autres ? absolument rien. Confiant le pouvoir à Abdou Diouf, ce dernier a gouverné le Sénégal pendant de longues années sans véritablement asseoir une Démocratie et un Etat de droit.Détrôné en 2000 par l’éternel opposant au régime Socialiste, le Président Abdoulaye WADE pourtant brillant, bardé de diplômes de maths, de philo, de psycho, d’économie, de droit… avait fait rêver les Sénégalais en général et la vaillante jeunesse en particulier.

Au bout de compte ,cette jeunesse désorientée, perdue, n’a trouvé d’autres alternatives que de braver l’océan à la recherche d’une vie décente ; nous connaissons tous la suite tragique qui s’en est suivie. Erigé un Etat policier dans lequel ,les tortures et des coups de matraques électriques sont de mise , le pays est aujourd’hui au bord de l’éclatement. Il y a une rupture absolue entre le pouvoir et la classe politique, les population peine à trouver leur gagne pain se remettent entre les Mains de Dieu le Clément et attendent un miracle pouvant leur libérer de ce régime totalitaire . Le Front Siggil Sénégal regroupant une coalition des partis politiques sont aussi pires et s’agitent dans tous les sens. Cette opposition a initié des assises nationales pour diagnostiquer les maux qui gangrènent le pays et éventuellement trouver la potion magique pour un Sénégal qui gagne ; alors attendons voir l’issue de ces assises.

C’est extraordinaire le cas Gabonais, le Président Omar O.BONGO , maintenu au pouvoir depuis des siècles et au moment où peut-être , qu’il s’apprête à se retirer , il cherche à se faire remplacer par son fils , comme si le Gabon appartient exclusivement à la famille Bongo. Au pouvoir depuis quarante ans, Omar Bongo Ondimba bat les records mondiaux de longévité politique. Mais il n’a pas fait grand-chose pour son pays.Pour la première fois, des chefs d’Etats africains pourraient répondre de détournement de biens publics devant la justice alors qu’ils sont encore en exercice.

Le parquet de Paris enquête sur les présidents congolais Sassou Nguesso, gabonais Omar Bongo Ondimba, burkinabé Blaise Compaoré, équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema et angolais Eduardo Dos Santos. Mais depuis lors c’est le stop et le silence radio , personne n’en parle.Le défunt Général président Eyadema n’est pas en reste, dictateur par excellence, a créé un Etat de Terreur où les crimes odieux et la chasse aux sorcières sont les maîtres mots. Il a dirigé le Togo pendant plus de 30 ans, ce petit pays manque cruellement d’infrastructures routières, de démocratie , la bonne gouvernance et un Etat de droit .

Après son décès en 2005, c’est autour de son fils Faure Gnassingbé de prendre le pouvoir après avoir massacré les populations civiles et contraint d’autres en exile ; la dynastie Gnassingbé continue de plus belle.La situation de la Guinée Conakry est très grave et préoccupante, voilà Lassana Konté, un président dont l’état de santé s’aggrave de façon alarmante depuis quelques années, se maintien au pouvoir . On se demande pourquoi la communauté Internationale ne prenne pas des sanctions contre ce régime.

La Guinée ressemble aujourd’hui l’ancien Zaïre actuel RDC sous le déclin de Maréchal Mobutu .Chers Messieurs les Président, interrogez votre conscience, mettez vous à la place de vos concitoyens et rechercher la vérité, cette lumière qui pourrait vous servir de la boussole avant qu’il ne soit tard.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....