spot_imgspot_img

Le succès d’Obama en Europe pourrait le pénaliser dans la campagne

Enorme succès en Europe, indifférence aux Etats-Unis ? La tournée de Barack Obama au Proche-Orient puis en Europe pourrait ne pas profiter au candidat démocrate. Depuis Londres, Obama a lui-même estimé qu’en dépit de la popularité dont il jouit à l’étranger, sa tournée pourrait momentanément le faire baisser dans les sondages.

« Je ne suis pas sûr qu’il y aura un impact politique immédiat », a-t-il lancé. « Je ne serais même pas surpris si dans certains sondages ça avait pour conséquence un certain fléchissement », a-t-il expliqué. « Nous avons été hors du pays pendant une semaine. Les gens s’inquiètent du prix de l’essence, des saisies immobilières. » « L’une des raisons pour lesquelles ce voyage me semblait important est que je suis convaincu que les problèmes auxquels nous sommes confrontés chez nous ne seront pas pleinement résolus si nous n’avons pas des partenaires solides à l’étranger », a ajouté le candidat démocrate.
TROP SÛR DE LUI
Obama est toujours crédité d’une légère avance sur McCain, mais cet avantage tend à diminuer. Avec sa tournée, le candidat démocrate espérait contrecarrer les arguments des républicains, qui l’accusent de naïveté en terme de politique étrangère. Les sondages montrent que cette question constitue l’un de ses principaux handicaps dans son duel avec le John McCain. Il a notamment repété aux dirigeants européens que, s’il était élu, il attendrait de l’Europe un engagement plus fort en Afghanistan. Lors de sa rencontre avec le premier ministre britannique Gordon Brown, samedi, il a salué « l’aide solide » de la Grande-Bretagne dans ce conflit.
Il est cependant difficile de savoir ce qu’aura retenu de ce voyage l’électorat américain, davantage préoccupé par les prix du pétrole et les saisies immobilières. Alors que dans les journaux s’étalaient les photos de l’accueil grandiose reçu par le candidat à Berlin, les électeurs américains semblaient partagés entre soutien et colère, scepticisme et indifférence.
Ce voyage pourrait alimenter d’autres réserves sur la campagne d’Obama. Son discours à Berlin et son attitude devant les chefs d’Etat européens ont relancé, de la part des républicains, des critiques sur l’arrogance du candidat démocrate, note le New York Times. Barack Obama donnerait l’impression de se comporter comme s’il avait déjà remporté l’élection de novembre. John McCain a ainsi ironisé sur l’adresse d’Obama aux « peuples du monde », estimant que les Américains commençaient à se sentir abandonnés par le candidat démocrate.

source: le monde avec AFP et reuters

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES