Gabon : La mort d’Africa n°1

Les agents d’Africa n°1 sont Sonnés! Le groupe Libyan Jamahiriya Broadcasting (LGB) qui s’est porté acquéreur du média, avait en effet annoncé le licenciement protocolaire de l’ensemble des agents de la station avant l’organisation des recrutements. Ce licenciement était assorti d’un plan social concocté par le comité de privatisation arrêté à la somme de 6 milliards de F CFA. Contre toute attente, ce comité leur a annoncé qu’ils n’auront que 400 millions de FCFA. Ils sont en grève depuis le 30 juillet, pour protester contre la violation du protocole d’accord signé le 2 juillet dernier avec le comité de privatisation, qui portait l’Etat gabonais garant du plan social des agents déflatés. C’est la mort du tam tam d’Afrique!
Les nuages que l’on croyait dissipés sont revenus en masse dans le ciel d’Africa n°1, où l’orage qui menaçait depuis près d’un an a finalement éclaté le 30 juillet dernier, suite au non respect par le comité de privatisation de l’accord conclu le 2 juillet dernier sous l’égide du ministère du Travail.

Ce protocole d’accord portait l’Etat gabonais garant du plan du social des agents, dont la déflation était programmée pour le 31 juillet, à hauteur de 6 milliards de francs CFA selon la simulation communiquée par la direction générale du média au comité de privatisation.

Mais à la veille du licenciement des agents, le comité de privatisation, qui n’a par ailleurs pas respecté le suivi des négociations ayant permis la signature du protocole d’accord du 2 juillet dernier, a annoncé le versement d’une somme totale de 400 millions de francs CFA.

Le Syndicat des communicateurs d’Africa n°1 (SYCA) ont dénoncé le non respect du suivi des négociations avec les représentants du personnel, notamment concernant l’octroi concédé par le ministère des Finances des droits non légaux comme le bonus.

Le SYCA a également fustigé le mépris du comité de privatisation au regard du retard accusé dans l’annonce du montant de l’indemnité, mettant les agents déflatés devant le fait accompli.

A l’occasion d’une conférence de presse donnée le 29 juillet dernier, le président du SYCA, Jean Claude Mihindou Boucka, a affirmé que le mode de calcul pratiqué par le comité de privatisation ne respecte ni le code du travail gabonais dans son article 59, ni la convention d’entreprise d’Africa n°1.

« Le personnel d’Africa n°1 interpelle l’opinion nationale et internationale et invite le chef de l’Etat à examiner la manière dont le comité de privatisation gère les processus de privatisation au Gabon, ‘se servant’ selon les termes que vous avez utilisé lors du discours de décembre dernier, ‘au lieu de servir' » a conclu le président du SYCA.

La cession définitive d’Africa n°1 au groupe libyen Libyan Jamahiriya Broadcasting (LGB) entraîne le licenciement intégral du personnel employé par ce média, avant l’organisation de la phase de recrutements où certains pourraient être repêchés.

Lors du dernier Conseil d’administration de la station panafricaine, les deux parties étaient parvenu au règlement définitif de toutes les questions relatives à l’après Africa n°1. Cette rencontre avait notamment permis d’affiner le plan de réajustement des effectifs, les montants impartis à chaque agent licencié et les possibilités de reconversion offertes à certains d’entre eux.

Les négociations entre le syndicat des agents et le comité de privatisation buttaient jusu’au 2 juillet dernier sur les mesures prévues par l’acquéreur pour la reconversion des agents de l’actuelle Africa n°1.

Les délégués du personnel, le comité de privatisation et les responsables du ministère du Travail avaient trouvé un terrain d’entente le 2 juillet dernier à Libreville avec la signature d’un protocole d’accord portant l’Etat gabonais garant des répercussions socio économiques du processus de privatisation de la radio panafricaine Africa n°1.

Le média panafricain est détenu à hauteur de 52% par la Libyan Jamahiriya Broadcasting tandis que l’Etat gabonais en détient encore 35% et les actionnaires privés 13%.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....