Gabon : Bongo sollicité par l’ONU pour mener à bien le dialogue politique en RCA

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies en Centrafrique, François Lonseny Fall, a appelé le 5 août dernier à une nouvelle médiation du président gabonais Bongo Ondimba pour ramener le consensus sur la tenue du dialogue politique inclusif censé ramener la paix en République centrafricaine. Malgré l’accord de paix signé le 21 juin dernier à Libreville, quatre des mouvements rebelles ont décidé de suspendre leur participation au processus de paix suite à une tentative de dilution du principe d’amnistie.

Le processus de paix s’enlise à Bangui depuis que le gouvernement tente d’amender le principe d’amnistie acquis à Libreville pour la tenue du dialogue politique inclusif. Les vicissitudes dans l’organisation de ce conclave ont amené le représentant spécial du secrétaire général des Nations Unies en République centrafricaine à demander une nouvelle médiation du président gabonais pour mener à bien le déroulement de ces assises censé ramener une paix durable dans le pays.

Dans un communiqué rendu public le 6 août dernier à Bangui, monsieur Fall en appelle à «la généreuse médiation» du président Omar Bongo Ondimba, président du comité ad hoc de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) pour les questions centrafricaines, pour aider les acteurs centrafricains à surmonter la crise qui compromet la tenue du dialogue politique inclusif.
Dans le cadre de l’accord global de paix signé à Libreville le 21 juin dernier autour du chef de l’Etat gabonais, le gouvernement devait accorder l’amnistie aux groupes rebelles pour la tenue du dialogue et l’élaboration d’un consensus politique.

La crise serait survenue après que trois projets de loi aient été déposés pour adoption à l’Assemblée nationale par le gouvernement et seraient à l’origine de la nouvelle crise politique en Centrafrique.
Le premier concerne «les infractions commises par les éléments des Forces armées centrafricaines (FACA) dans le cadre des opérations de maintien de l’ordre contre les mouvements rebelles, au cours du 15 mars 2003», tandis que le second a trait aux infractions commises par les éléments armés ayant participé au putsch militaire du 15 mars 2003.

Le 3e concerne l’atteinte à la sûreté de l’Etat et à la défense nationale par des groupes politico-militaires, notamment l’Union des Forces démocratiques pour le rassemblement (UFDR), le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) et l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD).

L’article 3 de ce projet de loi précise notamment que sont exclus du bénéfice de l’amnistie, les éléments ou groupes rebelles qui auront refusé la démobilisation ou le cantonnement des troupes, ceux qui auront refusé de restituer ou ceux qui auront dissimulé ou tenté de dissimuler des armes et minutions, véhicules, engins ainsi que ceux qui auront refusé ou tenté de refuser de se soumettre aux injonctions des autorités établies.

Face à ce revers du gouvernement, les mouvements rebelles sont revenus sur leur garde. L’Union des Forces vives de la Nation (UFVN), regroupant les partis d’opposition démocratique, l’Armée populaire pour la restauration de la démocratie (APRD) de Jean Jacques Démafout, le Front démocratique du peuple centrafricain (FDPC) de M. Abdoulaye Miskine et l’Union des forces républicaine (UFR) du Lieutenant Florian Ndjadder ont exprimé leur désaccord total avec les trois textes et décidé de suspendre leur participation au processus du dialogue politique.

Le représentant spécial du secrétaire général des Nations unies a réitéré sa volonté de poursuivre les efforts nécessaires, avec les autres facilitateurs internationaux, pour la restauration d’une paix durable en République centrafricaine et la tenue du dialogue politique inclusif souhaité par tout le peuple centrafricain.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,337FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....