spot_imgspot_img

Gabon : La diversification de l’économie attend la route

Le gouvernement gabonais multiplie des initiatives pour mettre en place le projet de diversification de son économie. Sans des voies de communication viables, notamment les routes pour désenclaver tout le pays, la diversification de l’économie aura du plomb dans l’aile. C’est si difficile de construire les routes’

« Lorsque la route passe le développement », le Gabon qui se démène pour élargir sa base productive grâce à la diversification de son économie ne peut se permettre de faire l’économie de cette maxime.

Dans une large mesure, l’insécurité alimentaire du pays et sa dépendance excessive vis-à-vis de l’extérieure est due à l’absence des voies de communication entre les différentes localités du pays.

C’est sans doute pour cette raison que la construction des routes constitue l’un des chantiers prioritaires du gouvernement, si l’on se fie au programme du gouvernement tel que consigné dans « Mon projet, les actes pour le Gabon », le programme politique du président Bongo Ondimba pour le septennat en cours.

L’objectif de ce programme pour la période 2006-2008 était claire : « pendant la période 2006-2008, nous procéderons au bitumage de 1.936 km de routes en plus de celles existences: cela représentera 30% du réseau qui supporte 80% du trafic national »

Cet objectif correspond en gros au bitumage des axes ci-après: Libreville-Lambaréné-Fougamou-Mouila-Ndéndé-Doussala(549 km), Bifoun-Ndjolé-Alémbé-Lalra-Miztic-Oyem, Bitam-Eboro(457 km), Alémbé-Wany-Mikouyi-Lastourville-Franceville(492 km), Franceville-Kellé-Bongoville-Léconi-Kabala(146km), Bibas-Sam-Medouneu-Kougouleu(317 km).

A trois mois de la fin de cette période, cet objectif est loin d’être atteint, il suffit de sillonner les principales routes nationales pour s’en rendre compte. Si ce chronogramme avait été respecté, une bonne partie du pays aurait été désenclavée.

Alors c’est si difficile de construire les routes’ Personne ne doute des difficultés dans ce domaine, surtout celles relatives au financement de tels ouvrages. Cependant, si la route est vraiment prioritaire, le gouvernement peut décider de concentrer l’ensemble des allocations destinées aux fêtes tournantes pour régler une fois pour toute le chantier de la route.

Entre 2002 à 2008, l’Etat a déboursé pour les fêtes tournantes 334 milliards de FCFA, cette somme aurait pu moderniser considérablement ce secteur. Pourquoi ne pas réserver les allocations des prochaines éditions de ces fêtes prévues jusqu’en 20012 pour désenclaver définitivement le pays’

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES