spot_imgspot_img

Gabon : Mekam’ne fait le point avec les agences de l’ONU

La ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, maître Denise Mekam’ne, a reçu le 22 octobre à Libreville le représentant de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) pour faire le point sur l’état des programmes de renforcement de prévention contre le Sida et de prise en charge des malades. Le représentant de l’OMS était accompagné du représentant du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), pour aborder les grands chantiers de coopération entre le gouvernement gabonais l’institution onusienne. Le représentant résident de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), le docteur Ndikuyeze, et du Fonds des Nations unies pour l’enfance (UNICEF), Youssouf Abdel Jelil, ont été reçus le 22 octobre dernier par la ministre de la Santé et de l’Hygiène publique, Denise Mekam’ne, pour faire le point de la lutte contre la pandémie u Sida au Gabon et de la prise en charge des malades.

«On a parlé des différents plans de travail élaborés pour la période 2008-2009 et de la stratégie de coopération que l’OMS compte développer pour les cinq années à venir tout en soulignant les différentes déclarations des ministres de la Santé, qui sont en fait des membres de l’assemblée mondiale de la santé sous la tutelle de l’OMS, et qui doivent être traduites en termes d’actions sur le terrain», a expliqué le docteur Ndikuyeze.

«Pour le Gabon, nous savons qu’ils ont adhérés à la déclaration de Ouagadougou sur les ressources de santé primaire, et il y a des actions concrètes à mener au Gabon pour que les visites sanitaires soient opérationnelles, pour que les soins puissent être assurer au niveau des communautés de base» a ajouté monsieur Ndikuyeze.

Le représentant résident de l’UNICEF au Gabon, Youssouf Abdel Jelil, a déclaré au terme de la séance de travail que cette rencontre a permis de passer en «revue les priorités que nous avons avec le ministère, notamment l’accélération des stratégies de survie et de développement de l’enfant au Gabon».

«Nous avons aussi parler des activités liées au SIDA dans le cadre sectoriel de coordination», a ajouté monsieur Jelil.

Le représentant de l’UNICEF a par ailleurs souligné «l’importance de nos bases de données sanitaires qui nous donnent une idée de référence sur l’avancée du Gabon sur les principaux indicateurs du millénaire, notamment la mortalité infantile et juvénile».

«Nous nous sommes accordés pour mettre en place toutes ces conditions nécessaires pour exécuter un plan du suivi de l’enfant», a conclu Youssouf Abdel Jelil.

Les représentants des organismes onusiens ont rencontré ensuite la ministre des Affaires sociales, Angélique Ngoma, pour faire le point sur les actions menées par ces organismes au Gabon, dans les champs spécifiques de ce ministère.

«Chaque agence des Nations Unies à un rôle à jouer dans la lutte et on va exploiter ces avantages comparatifs (…) pour parvenir à sensibiliser le plus des gens possible afin d’éviter d’attraper la maladie, pour que l’on puise lutter contre la stigmatisation et la discrimination qui constituent un frein réel pour les gens qui veulent se faire dépister. Le dépistage est la porte d’entrée de la prévention. Si on a la malchance d’être séropositif, on ne doit pas être abandonné, on doit être accompagné et il faut savoir à temps pour que l’accompagnement soit efficace», a notamment expliqué le docteur Ndikuyeze chez Angélique Ngoma.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
132FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES