spot_imgspot_img

Pétrole : L’OPEP réduit la production pour redresser la barre

L’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) , qui représente plus de 40% de la production mondiale, va réduire sa production à compter du 1er novembre pour tenter de contrer la chute des cours du brut entraînée par la crise financière mondiale. Au terme de la réunion convoquée à Vienne, en Autriche, pour prendre des mesures face à la chute combinée des cours du pétrole et de l’euro, l’OPEP a décidé de réduire de 1,5 millions de barils sa production journalière en espérant que la baisse de l’offre fasse levier sur le prix du baril.

Pour faire face à la chute des cours du pétrole, passé sous la barre des 70 dollars après avoir culminé autour de 140 dollars en juillet dernier, les plus grands producteurs de pétrole du monde ont décidé d’opérer une baisse importante de la production pour faire levier sur le prix du baril.

Réunis à Vienne, en Autriche, le 24 octobre dernier, les pays membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP), qui représentent plus de 40% de la production mondiale avec 28,8 millions de barils par jour, ont décidé de baisser la production à compter du 1er novembre pour tenter de stopper la chute des cours du brut.

La crise financière mondiale a entraîné une chute vertigineuse des prix du baril de pétrole sur le marché international, qui frôlait les 62 dollars le 24 octobre, après avoir fanfaronner autour de 140 dollars en juillet dernier.

Parallèlement, l’euro n’a cessé de céder du terrain face au dollar, atteignant récemment de tristes records avec un taux de change de 1,26 dollar contre 1,60 courant juillet dernier.

A compter du 1er novembre prochain, la production de l’OPEP sera limitée à 27,3 millions de barils par jour, soit une baisse de 1,5 million de barils par jour. Par la loi de l’offre et de la demande, l’OPEP escompte faire levier sur le prix du baril en diminuant l’offre.

Les membres de l’OPEP ont noté le 24 octobre que la crise financière avait déjà eu un impact significatif sur l’économie mondiale, mais aussi sur la demande en énergie en général, et la demande en pétrole en particulier.

Les prévisions indiquent que la baisse de la demande devrait se poursuivre, en dépit de l’approche de l’hiver dans l’hémisphère nord. La conférence de l’OPEP a noté de surcroît que les prix du pétrole ont connu une chute spectaculaire, sans précédent en terme de vitesse et d’ampleur, perdant plus de la moitié de leur cours en trois mois et demi.

La production journalière de l’OPEP sera réduite de 71 000 barils en Algérie ; 99 000 barils en Angola ; 27 000 barils en Equateur ; 199 000 barils en Iran ; 132 000 barils au Koweït.

En Libye, la production journalière sera diminuée de 89 000 barils ; le Nigeria opérera une baisse de 113 000 barils ; 43 000 barils de moins pour le Qatar ; 466 000 barils de moins pour l’Arabie saoudite ; une diminution de 134 000 barils par jour aux Emirats Arabes et enfin 129 000 barils de moins pour le Venezuela, représentant une baisse cumulée de 1 500 000 barils par jour.

Cette décision devrait faire l’objet d’un réexamen lors de la réunion extraordinaire de la Conférence des producteurs de pétrole qui doit se réunir à Oran, en Algérie, le 17 décembre prochain.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES