Les enseignants adhérant à la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED), réunis pour la énième fois en Assemblée générale, samedi à Libreville, ont décidé de maintenir leur grève pour la cinquième semaine consécutive.

Selon eux, étant donné qu’aucune avancée n’a été enregistrée durant les quatre réunions de conciliation entre octobre et novembre, les enseignants grévistes considèrent que le climat de confrontation qui prévaut entre les deux parties (gouvernement et enseignants grévistes) fait que les négociations relèvent d’un dialogue de sourds.

Ainsi, la CONASYSED accuse le gouvernement d’avoir bloqué les négociations et dit ne pas être pas responsable d’une éventuelle année blanche dans le système éducatif gabonais.

« Les raisons de ce blocage viennent du gouvernement qui campent sur sa position », a déclaré Fridolin Mve Mintsa membre influant de la CONASYSED.

Le gouvernement dans un point de presse le 6 novembre dernier, a fustigé le comportement des enseignants qui n’auraient pas respecté les clauses des négociations antérieures. Dès lors, il accuse les enseignants d’avoir introduit de nouveaux préalables à la suspension de la grève.
Le gouvernement se dit engagé à poursuivre les négociations et à répondre aux doléances des enseignants si ceux-ci décident de suspendre leur mouvement de grève.

Une importante Assemblée générale des enseignants aura lieu lundi prochain et devra statuer sur la poursuite ou non de cette grève qui entame déjà le moral des parents et des élèves.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here