Gabon : Menga resserre l’étau sur les enseignants grévistes

Dans le cadre des résolutions annoncées par le ministère de l’Education nationale pour contraindre les enseignants à reprendre les cours, le ministre de tutelle, Michel Menga, a convoqué le 10 novembre à Libreville les responsables académiques et les chefs d’établissements pour donner les instructions relatives à la mise en œuvre des sanctions adoptées. La tutelle a ainsi instauré un système de fiche de présence visant à identifier les enseignants grévistes, qui devraient être privés de salaires à compter du 25 novembre pour ceux qui n’auraient pas réintégré les salles de classes au 12 novembre, après cinq semaines de grève.
Le choix des enseignants grévistes était décisif au matin du 12 novembre dernier, échéance fixée par le gouvernement pour la reprise des cours avant la suspension des salaires dès le 25 novembre prochain.

Face au maintien du mot d’ordre de grève par les enseignants malgré les multiples sommations de la tutelle, le gouvernement avait pris le 10 novembre des sanctions à l’encontre des enseignants grévistes en annonçant des restrictions salariales à compter du 25 novembre prochain et suspension des salaires pour ceux qui n’auraient pas repris du service avant le 12 novembre prochain.

Dans la foulée, le ministre de tutelle, Michel Menga, a convoqué à l’auditorium de l’Ecole normale supérieure (ENS) l’inspecteur délégué d’académie pour la province de l’Estuaire, les chefs de circonscriptions et les responsables d’établissements du premier et du second degré pour leur donner les instructions relatives à la mise en œuvre des sanctions prises à l’encontre des enseignants grévistes.

Le ministre de l’Education nationale a demandé aux participants d’opérer dorénavant «la distinction entre les enseignants qui viennent au cours et ceux qui ont d’autres préoccupations».

A cet effet, la tutelle a demandé l’instauration sans délais au sein de tous les établissements scolaires du pays un système de fiche de présence au poste de travail.

Monsieur Menga a expliqué qu’il s’agissait de permettre à ceux des grévistes qui le veulent de reprendre les cours sans être empêchés ou influencés par leurs confrères aux positions plus radicales.

Il avait rappelé que «les agents en grève doivent respecter le principe de liberté du travail. Ils ne doivent en aucun cas empêcher l’accès aux lieux de travail des personnels non grévistes et de ceux chargés d’assurer le service minimum», précisant que «toute entrave à la liberté de travail des non grévistes sera sanctionnée conformément aux lois et règlements régissant la carrière des agents concernés».

Menga a mandaté les responsables d’établissements pour vérifier tous les jours la présence des enseignants à leurs postes, en expliquant qu’il s’agissait de «s’organiser pour que la décision gouvernementale soit traduite dans les faits sans complaisance».

Dans un communiqué conjoint avec le département de l’Enseignement technique rendu public le 10 novembre dernier à Libreville, le ministre de l’Education nationale annonçait qu’«à la suite du mouvement de grève observé depuis le 6 octobre 2008 par les syndicats réunis au sein de la CONASYSED, (…) le gouvernement décide du paiement sur bon de caisse du salaire des enseignants sur une période de trois mois renouvelables, à compter du 25 novembre 2008».

Le communiqué stipulait par ailleurs que «conformément aux dispositions de l’article 25 de la loi 18/92 du 18 mai 1993 fixant les conditions de constitution et de fonctionnement des organisations syndicales des agents de l’Etat, qui dispose que les journées de grève ne sont pas rémunérées », et le gouvernement a informé les enseignants grévistes que « faute pour eux de ne pas reprendre les cours au plus tard le mercredi 12 novembre 2008, ils seront privés de leurs salaires dès le 25 novembre 2008. Des instructions dans ce sens ont été données au ministre de l’Economie et de Finances».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....