spot_imgspot_img

Gabon : La Croix Rouge sensibilise les journalistes au Droit international humanitaire

La délégation régionale du Comité international de la Croix Rouge (CICR) pour l’Afrique centrale a ouvert le 18 novembre à Libreville un atelier de formation des professionnels gabonais de la presse au Droit international humanitaire (DIH) pour la gestion des activités journalistiques en période guerre. Cet atelier de trois jours devrait déboucher sur l’élaboration d’une ligne de conduite en période de guerre, pour protéger les droits des journalistes dans un contexte de conflit armé et renforcer leur compréhension des enjeux et des variables d’un conflit armé. La gestion des conflits armés dans les métiers de la communication est au centre d’un atelier de formation ouvert le 18 novembre dernier au siège du Sénat à Libreville, par la délégation sous régionale du Comité international de la Croix rouge (CICR), basé à Yaoundé.

Durant trois jours, les journalistes gabonais seront formés au Droit international humanitaire (DIH) pour renforcer la connaissance de leurs droits en période de guerre et améliorer la compréhension des enjeux et le cadre légal de l’action humanitaire dans un conflit armé.

En ouvrant les travaux, la vice présidente de la Croix rouge gabonaise, Laylat Alice Gertrude Owangal, représentant la présidente empêchée, a déclaré que «connaître ses droits et ceux des autres, pouvoir distinguer les différentes situations sont des éléments très utiles pour remplir le devoir de service social(…) Si nous travaillons ensemble, nous arriverons à pallier les souffrances que les catastrophes naturelles et les conflits armés infligent aux citoyens du monde», a poursuivi la vice-présidente de la Croix rouge gabonaise.

«Une meilleure connaissance du droit qui régit ces situations permet à la fois de mieux les cerner et donne aux journalistes la capacité de mieux jauger le niveau de risque qu’il encourt, afin de s’en prémunir», a enfin expliqué madame Owangal, avant d’ajouter que «cette connaissance sommaire mais essentielle du droit lui permettra d’utiliser un langage précis, appelant les évènements par leurs noms propres».

«Ce séminaire est adressé aux journalistes (…) parce que le métier de la communication est un métier qui accompli un rôle social tout comme le mouvement international de la Croix rouge dans le monde et a aussi un rôle social à jouer dans les services à la communauté», a expliqué Maria Teresa Garrido du CICR et animatrice de l’atelier.

L’expert du CICR a précisé que «sur le terrain, c’est très important que les journalistes comprennent le langage du mouvement international de la croix rouge, le champ d’action et surtout les différents types de droits qui régissent les situations où la croix rouge évolue».

La formation a abordé des thèmes tels que «la connaissance du mouvement de la Croix rouge et du croissant rouge», notamment l’origine, les composantes, les emblèmes et les principes fondamentaux ; «les informations sur la Croix rouge gabonaise», à savoir la structure, les responsabilités et les activités de l’association ; les mandats, la nature juridique et les activités du «CICR) ; «les convergences et les divergences entre le DIH et les droits humains», ou encore «le rôle des médias dans la protection des victimes des conflits armés».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,805FansLike
130FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES