Gabon : L’UOB planche sur l’insertion professionnelle des diplômés de la FLSH

Un colloque international de trois jours a été ouvert le 19 novembre à l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) pour engager une réflexion de fond sur l’insertion professionnelle des diplômés en lettres et en sciences humaines et sociales. Organisé conjointement par l’association des Facultés des lettres et sciences humaines (FLSH) francophones et la FLSH de l’UOB, ces assises regroupent des doyens et directeurs d’universités canadiennes, belges, françaises et africaines autour des questions d’adéquation de la formation aux exigences du marché du travail, pour ces filières dont les diplômés sont aujourd’hui fortement touchés par le chômage, particulièrement dans la sous-région d’Afrique centrale. L’avenir professionnel des diplômés de lettres et de sciences humaines et sociales dans l’espace francophone est au centre des réflexions engagées depuis le 19 novembre dernier à l’Université Omar Bongo de Libreville (UOB) à l’occasion d’un colloque international des doyens et directeurs d’universités francophones.

Durant trois jours de travaux sous forme de communications, les doyens et directeurs d’universités canadiennes, belges, françaises et africaines ont étudié les moyens de renforcer l’adéquation de la formation universitaires dans ces filières à l’offre d’emploi dans ces secteurs d’activités.

Organisées par l’association des Facultés des lettres et sciences humaines AFLESH des universités d’expressions francophones et la FLSH de l’UOB, avec la collaboration de l’Agence universitaire de la francophonie (AUF), ces assises répondent aux fort taux de chômage enregistré chez les diplômés de ces filières.

Selon une ancienne étudiante camerounaise de l’université de Yaoundé 1, «plus de 70% des diplômés de lettres et sciences humaines sont au chômage», et seraient contraints d’exercer dans le commerce ou l’agriculture en dépit de leur niveau scolaire et de leurs qualifications.

Le doyen de la FLSH de l’UOB, professeur Jules Djeki, a expliqué que «l’attente est importante, dans la mesure où il y a de cela un an, nous avons basculé au nouveau système Licence Master Doctorat», qui doit permettre de renforcer la mobilité des étudiants, mais surtout d’adapter la formation à l’offre d’emploi.

«L’attente c’est que les étudiants puissent avoir une nouvelle offre de formation, très élargie, pour leur permettre de s’insérer plus facilement dans le monde du travail», a ajouté le professeur Djeki.

Le docteur Issur Kumari, de l’université de Mauritanie, a souhaité «que l’université se transforme un peu en entreprise de formation, c’est-à-dire qu’on essaie d’être rentable».

«L’Etat nous demande de nous autofinancer, la direction de l’université demande à son tour aux différents départements de trouver des cours qui s’autofinancent, sinon de laisser tomber certaines formations. Vous imaginer bien que les lettres sont immédiatement touchées», a expliqué le docteur Issur Kumari.

«L’idée que nous avons c’est d’impliquer les employeurs à sélectionner parmi les étudiants ceux et celles qu’ils pourrons intégrer plus tard dans leur entreprises. C’est de cette façon que nous voulons faire l’insertion dans le monde professionnel», a annoncé le vice doyen de AFLSH, André Lapierre.

«Ce que nous tentons de faire, c’est de renégocier la vocation de l’université pour que celle-ci puisse se responsabiliser et devenir socialement plus pertinente», a ajouté monsieur Lapierre, expliquant que face à l’expression populaire qui veut «l’université forme des chômeurs, on ne veut pas former des chômeurs mais on veut former non seulement des gens qui aient un travail mais aussi des gens qui vont aller dans des entreprises privées et qui vont créer des emplois».

Les travaux du colloque se sont achevés le 21 novembre dernier avec l’adoption et la lecture du rapport général des travaux.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Modèle de lettre du policier, gendarme et soldat patriotes

Voici la lettre type que nos policiers, gendarmes et soldats peuvent utiliser pour leur démission. Remplacez les éléments en gras souligné avec l’information qui...

Gabon: deux morts dans des manifestations contre les mesures anti-Covid

Des heurts entre la police et des manifestants qui participaient au concert des casseroles pour exiger l’allègement des décisions du gouvernement contre la propagation...

RDC: des policiers désormais en charge de la sécurité des résidences de Joseph Kabila

La garde rapprochée de l’ex–président Joseph Kabila démilitarisée en pleine crise avec son successeur Felix Tshisekedi. Désormais, ce sont des policiers qui assureront la...

Covid-19: les Gabonais sortent les casseroles pour protester contre le confinement

Au Gabon, concerts des casseroles à Libreville et dans plusieurs villes du pays. Démarré timidement mercredi, le mouvement a pris de l’ampleur la nuit...

Coronavirus: l’Afrique franchit officiellement la barre des 100 000 morts

L'Afrique, qui subit une seconde vague de coronavirus, a passé la barre des 100 000 morts depuis le début de la pandémie. Mais le...

Jusqu’où ira l’escalade entre le Soudan et l’Éthiopie ?

Les deux nations semblent avoir fait un pas de plus vers la guerre alors que leur différend frontalier dure depuis maintenant trois mois. Après...

Suivez-nous!

1,710FansLike
129FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES