Gabon : Une semaine de répit pour les chauffeurs de taxis de Libreville

Suite au lancement par les autorités municipales de l’opération d’arraisonnement des taxis ne s’étant pas acquitté de leurs redevances annuelles, le président du Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg), Jean Robert Menié a convoqué le 19 novembre à l’Hôtel de ville une réunion des chauffeurs de taxis de Libreville pour faire le point sur la situation. Le président du Syltteg a notamment annoncé que la libération des véhicules saisis grâce au délai d’une semaine accordé le 18 novembre par le maire de Libreville aux transporteurs pour régulariser leurs situations est provisoire. Les chauffeurs de taxis de Libreville ont bénéficié d’un délai pour le paiement des redevances annuelles consenti par le maire de Libreville, Jean François Ntoutoume Emane, suite aux retards enregistrés à l’Hôtel de ville pour la mise en place de la nouvelle équipe municipale.

Après l’entretien du 18 novembre dernier entre l’édile de la capitale et le président du Syndicat libre des transporteurs terrestres du Gabon (Syltteg), Jean Robert Menié, la municipalité a accordé un délai d’une semaine aux chauffeurs de taxis de Libreville pour s’acquitter de leurs différentes redevances.

Le président du Syltteg a convoqué le 19 novembre dernier les transporteurs terrestres de Libreville dans les jardins de l’Hôtel de ville pour leur expliquer la situation et avertir de la nouvelle échéance fixée au 25 novembre prochain.

«Nous sommes là pour procéder à la libération des véhicules. La mairie a commencé depuis le 17 novembre une opération d’arraisonnement des véhicules consécutive au non paiement par certains d’entre vous de la taxe municipale», a annoncé le président du Syltteg.

«Nous avons eu une année particulièrement perturbée. Les autorités municipales ont été mises en place tardivement, un temps nous a été accordé pour que nous puissions nous acquitter de nos obligations», a expliqué Jean Robert Menié.

«Le fait que cette opération se déroule à la fin de l’année ne veut pas dire que nous ne devons pas payer. Lorsque vous louez la maison de quelqu’un, même s’il vient à la fin de l’année parce qu’il n’était pas là, vous devez quand même payer parce que vous avez habité toute l’année. Ici c’est l’espace municipal, vous avez roulez dessus toute l’année donc vous devez payer», a exhorté le leader syndical des transporteurs.

Jean Robert Menié a précisé qu’«au début de cette opération, les canaux d’information n’ont pas permis une bonne ventilation pour que nous connaissions tous les délais. On ne savait jusqu’à quel jour nous avions avant que l’opération ne commence. L’entretien que j’ai eu hier avec le maire m’a permis de lui demandé son indulgence pour qu’un dernier délais soit accordé aux adhérents».

Avant le 25 novembre prochain, les chauffeurs de taxis de Libreville devront s’acquitter de la taxe municipale, qui s’élève à 115 000 francs CFA pour les petits taxis et 235 000 francs CFA pour les taxis bus ; d’une patente de 200 000 francs CFA pour les petits taxis et de 415 000 francs pour les taxis bus ainsi qu’une redevance de 26 000 francs CFA pour les frais d’expertise taxi.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....