spot_imgspot_img

Gabon : Le SYNAFOPRA entre en grève

Le collectif des éditeurs de la presse écrite gabonaise a eu une séance de travail le 9 décembre au Conseil National de la Communication (CNC) avec le président de ladite institution, François Engongah Owono, pour lui faire le point sur la question de la subvention allouée à la presse écrite, qui cette année crée des problèmes entre le ministère de la communication et la presse.
Les agents de la fonction publique fédérés au sein du Syndicat national de la fonction publique et de la réforme administrative (SYNAFOPRA) ont entamé le 9 décembre une grève de trois jours pour inciter les autorités de tutelle à engager les négociations avec leurs représentants syndicaux. Les agents du SYNAFOPRA réclament notamment le paiement d’une prime incitative et l’augmentation de l’indemnité de logement et de transport. Le déclenchement en cascade des mouvements d’humeur chez les agents de l’Etat semble rattraper le gouvernement depuis la longue grève qui a paralysé le secteur de l’Education durant plus d’un mois et demi, qui a finalement débouché sur l’accession des autorités aux revendications des agents.

Fort de cette victoire sur le gouvernement, le Syndicat national de la fonction publique et de la réforme administrative (SYNAFOPRA) a déclenché le 9 décembre dernier une grève de trois jours pour inciter les autorités de tutelle à engager les négociations sur les points de revendications des agents.

Les responsables syndicaux ont notamment demandé aux autorités de tutelle d’ouvrir les pourparlers sur le paiement d’une prime incitative aux agents et l’augmentation de l’indemnité de logement et de transport.

«Mes syndiqués réclament la prime d’incitation qui est bien stipulée dans l’article 79 de loi 1/2005. Ils ont décidés qu’ils faisaient d’abord une grève d’avertissement de trois jours pour interpeller la hiérarchie car c’est elle qui est capable de demander la renégociation», a déclaré le président du SYNAFOPRA, Daniel Ndong Menié Mba.

Le président du SYNAFOPRA a également levé les malentendus sur l’appartenance de son syndicat à l’Union syndicale de l’administration (USAP), qui a déjà engagé des négociations avec le gouvernement.

Les délégués de l’USAP avaient été reçus le 26 novembre dernier par le Premier ministre, Jean Eyeghé Ndong, pour faire le point sur la plateforme revendicative déposée le 6 novembre dernier à la Primature et avaient donné le 22 novembre un ultimatum d’une semaine au gouvernement pour prendre en compte leurs revendications, menaçant de déposer un préavis de grève générale dès le 1er décembre.

«Pour devoir de mémoire, il y a mon prédécesseur qui avait envoyé deux correspondances pour signifier qu’il ne se reconnaissait plus de l’USAP. Mais par respect des parallélismes de former des textes, il aurait fallut que celui qui se targue de parler en lieu et place du SYNAFOPRA puisse convoquer une réunion qui devrait l’enlevé de l’USAP. La fonction publique ne se reconnaît pas de l’USAP», a spécifié Daniel Ndong Menié Mba.

Les conditions d’exercice et de rémunération des agents de l’Etat font l’objet de nombreuses réclamations depuis plusieurs années à tous les niveaux de l’administration publique. L’obtention d’une amélioration des conditions d’exercice par les enseignants en novembre dernier à ravivé les velléités syndicales des agents de l’Etat au sujet des primes et des indemnités.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES