Communiqué : Le BDP-Gabon Nouveau condamne le terrorisme d’état au Gabon et exige la libération immédiate de Marc Ona Essangui et des leaders de la société civile incarcérés

ona_marc2.jpg
Marc Ona Essangui

C’est avec consternation et révolte que le BDP-Gabon Nouveau constate, une nouvelle fois, l’arrestation arbitraire de Marc Ona Essangui et de ses collègues de la société civile gabonaise par le régime dictatorial d’Omar Bongo.

Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement de résistance et de libération nationale en exil,  condamne sans détour et avec vigueur cet énième forfait du régime terroriste d’Omar Bongo contre le peuple gabonais, peuple qui depuis 41 ans subit le terroriste d’état d’une mafia criminelle, incapable et  incompétente.

C’est ce matin 31 décembre que Messieurs Marc Ona Essangui et ses collègues de la coalition Publiez Ce Que Vous Payez (PCQVP) et autres ONGs ont été saisis par des agents du régime dans une vaste opération de ratissement policier des leaders de la société civile. Ces leaders, ces derniers temps, demandaient au gouvernement la transparence la plus absolue dans un nombre croissant de domaines touchant à la vie publique gabonaise. Ces revendications touchaient, entre autres, non seulement au flou entourant le projet d’exploitation du fer de Belinga, mais également aux crimes du régime dans des transactions aussi variées que l’acquisition de biens douteux par la famille Bongo et ses complices, les vastes détournements impunis de deniers publics,  les blanchiments systématiques d’argent sale par le gouvernement mafia du Gabon, la gouvernance catastrophique dont le pays est la victime depuis 41 ans de pouvoir bongoïste, et la dérive dictatoriale à laquelle se livre désormais le gouvernement gabonais par l’entremise du  » chemical Ali  » du Gabon, le très criminel Ministre de l’intérieur André Mba Obame, l’homme qui, depuis quelques temps, est devenu l’arme d’extermination massive des libertés au Gabon. Une plainte contre Alaba Fall, procureur de la république, avait même été déposée le 10 octobre 2008 par les ONGs gabonaises qui demandaient au procureur d’expliquer la présence douteuse sur son compte de plus de 329 millions de F CFA.

Face à ces légitimes revendications,  » chemical Mba Obame  » a répondu par des intimidations, des menaces et maintenant des arrestations arbitraires.

Cette dérive autoritaire du régime Bongo, qui continue par ces méthodes dictatoriales à nier le droit des Gabonais non seulement à la libre expression, mais également à la dignité qui découlerait d’une gestion responsable de la richesse nationale, impose désormais aux Gabonais de comprendre, plus que jamais, que rien de bon ne peut plus se passer au Gabon tant qu’Omar Bongo et sa ligue de malfrats sont au pouvoir.

Les Gabonais arrêtés ce matin par le régime Bongo, parmi lesquels on peut compter, au minimum, Marc Ona Essangui, George Mpaga,  Grégory Ngwa Mintsa, Gaston Asséko, Alain Moupopa, sont la preuve qui conforte le BDP-Gabon Nouveau dans sa position selon laquelle le changement au Gabon ne viendra que par des méthodes insurrectionnelles et qu’il appartient désormais aux Gabonais de se lever comme un seul homme pour évincer du Gabon le régime putride et assassin d’Omar Bongo. 

L’arbitraire génocidaire et liberticide du régime Bongo traduit plus que jamais l’incapacité de ce régime à répondre aux aspirations matérielles (emploi, pouvoir d’achat, santé, éducation) et mentales (dignité, fierté nationale, etc.) des Gabonais. Plutôt que de satisfaire aux revendications professionnelles et socio-économiques légitimes des syndicats et des ONGs, le régime Bongo préfère répondre par la dictature. Plutôt que de répondre clairement aux questionnements des ONGs et de la société civile, le régime préfère réagir par l’arbitraire. Et devant la précarité accrue des Gabonais, le régime n’a d’autres réponses que « la crise », alors même que ce régime continue d’entretenir le même train de vie et les mêmes gaspillages qui ont irrévocablement court-circuité le développement du pays.

Pire, depuis l’an 2000, les indicateurs économiques du Gabon sont dans le rouge, alors même que le Gabon n’a cessé d’engranger de colossaux revenus sur la base d’un baril de pétrole à la hausse parti de 25 dollars vers la fin des années 1990 à près de 150 dollars en 2008. La crise du pétrole actuelle ne devrait faire oublier à personne que pendant près de dix ans au moins, le budget du Gabon est parti de 900 milliards en 1997 à près de 1800 milliards en 2007, puis près de 2700 milliards en 2008, tout cela sans que les Gabonais n’aient vu la couleur de tout cet argent.

Dans le Gabon de Bongo des 10 dernières années de manne pétrolière, aucune route nouvelle n’a été construite, le réseau routier déjà honteux s’étant, au contraire, délabré un peu plus. Aucun hôpital nouveau n’a été construit, le réseau hospitalier déjà quasiment inexistant s’étant délabré un peu plus et la vie des Gabonais plus que jamais compromise par le manque de soins médicaux. Aucun développement n’a été vu, la vie des Gabonais s’étant précarisée un peu plus dans un contexte de paupérisation générale. Nulle part n’a été vu le développement auquel notre pays aurait pu s’attendre sur la base d’un tel pactole. Pendant que les villas d’Omar Bongo et de sa famille poussaient en France comme des champignons, les Gabonais ont continué à mourir comme des chiens, génocidés à petit feu qu’ils étaient par un régime qui exerce sur eux des crimes contre l’humanité depuis 41 ans.

Le BDP-Gabon Nouveau réaffirme donc son soutien indéfectible aux ONGs gabonaises qui se battent aujourd’hui dans notre pays pour la dignité de notre peuple.
A la communauté internationale, le BDP-Gabon Nouveau demande de prendre acte du caractère inacceptable de la dictature bongoïste au Gabon et d’exiger la libération immédiate des leaders d’ONGs arrêtés.

Notre mouvement en appelle également à la nation gabonaise pour que commence, dès maintenant, une prise de conscience immédiate sur la nécessité d’organiser la résistance nationale et internationale contre la dictature d’Omar Bongo au Gabon.

Cette résistance ne peut se faire de manière hésitante. Elle doit être totale et absolue. Elle ne peut se faire sur la base de concepts dépassés ou d’approches naïvement convivialistes. Elle doit être citoyenne, déterminée et virile, et se refuser aux types de compromissions qui ont fait du Gabon le cimetière de la misère et des espoirs perdus pendant 41 ans. Cette résistance nous commande à tous de faire nôtres les principes édictés à l’article 35 de la Déclaration française des Droits de l’Homme et des Citoyens de 1793, principes qui affirment que « quand le gouvernement viole les droits du peuple, l’insurrection est, pour le peuple et pour chaque portion du peuple, le plus sacré et le plus indispensable des devoirs. »

L’état Bongo étant, depuis 41 ans, un état arbitraire et tyrannique qui exerce impunément contre son peuple des violences inacceptables, le BDP-Gabon Nouveau pense qu’il est plus que jamais urgent pour les Gabonais de travailler à l’éradication du bongoïsme au Gabon. Bongo doit donc partir, et tout son régime avec, pour la construction d’un Gabon nouveau.

Il est temps de comprendre que ce ne sera ni à la France, ni aux Etats-Unis, ni aux Martiens, de venir libérer le Gabon pour les Gabonais. Ils ne le feront pas pour nous. Le Gabon ne se libérera que sur la volonté et l’acte de résistance des Gabonais eux-mêmes.

Ensemble, faisons que 2009 soit l’année de la reprise en main du Gabon par les Gabonais.

Fait à Montclair, New Jersey (USA), le 31 décembre 2008

Le bureau du Porte-Parole
BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052, USA
Téléphone (USA): 973-447-9763
Fax (USA): 973-447-9763

Coordination Nationale, Gabon: Tél. 07.23.39.01

Ampliations
– Gouvernements USA, France, Royaume Uni, Canada, etc.
– Médias
– Amnesty International

Exprimez-vous!

  1. ces rigolos de gabonais qui pensent que « bongo soit rester » sont vraiment de la vermine de première…. en vérité pour eux et pour cette bande de charognards qui pillent avec lui le gabon, bongo doit surtout rester pour leur garantir le vol, le viol et l’assassinat, sans craindre d’aller ni en prison ni même rendre des comptes au pays ! voila pourquoi ces chauve-souris vampires disent que bongo doit rester.
    pour moi il n’’y a qu’’une SEULE chose à faire : chaque gabonais doit se munir d’’un calibre 12, chargé d’’un 9 grains, pour perforer un à un au sortir du conseil des ministres, l’’abdomen de toutes ces sangsues qui sucent le sang de notre richesse depuis 40 ans.
    ce n’est que de cette façon que le pays sera sauvé…, car tout le reste n’est que du bavardage.
    incitons le peuple à prendre les armes blanches et les fusils de chasse pour assassiner un à un tous ceux qui pactisent avec bongo pour détruire la gabon. nous connaissons tous où ces gens-là habitent. montrons-leur qu’on en a plus que marre maintenant. et puis, il y a aussi leurs enfants dans les universités occidentales ; on pourrait également les menacer ou les prendre un à un en otage. l’heure du changement s sonné ! bongo et ses complices affament et tuent nos familles ; à notre tour de leur rendre la mise.

  2. MR Mba obame ne pensez pas un seul instant que vous allez diriger ce pays en developpant vos facultes criminelles. ce n’ est pas en arretant les citoyens qui defendent la bonne cause que vous y arriverez. Tout ce que vous faites actuellement est pour ali bongo car c’est lui qui sera le futur homme fort du gabon meme s’il ne va pas durer ,faute de légitimité.
    sachez que vous serez l homme a abattre quand il sera pouvoir.
    en consequence ,au lieu de briller par la cruauté vous gagnerez à changer votre fçon de voir les choses.
    de plus , je fais un triste constat que vos principales victimes sont vos propres freres fang .que ‘cest dommage.

    • Mba Obame n’est ni le frère des fang ni celui des téké, non. Il est ministre de l’Intérieur. Donc quand il pose des actes criminels ou pas, il les pose pour ou contre tous les gabonais selon la nature de ces actes. Evitons donc à l’avenir à chaque fois de faire du tribalisme. C’est très dangeureux pour le pays, à la moindre étincelle, c’est toute la paille qui prend feu et là il n y aura pas de fang, de myéné, de nzébi… mais des morts. Alors faisons gaffe à nos discours.

  3. « École cadeau, hôpital cadeau, travail pour tous et les routes goudronnées jusqu’aux WC (turques) » tel fut le message d’un certain espoir sur ce pays. Je me rappelle encore des images de l’avènement 1990; Enfant, j’étai, mais conscient je le suis toujours.
    Ma haine va à l’encontre de tous ces intellectuels qui nous ont trahis. Aujourd’hui encore on entend des témoignages un peu partout dans le monde pour ce qui devait être une démocratie. Mais quel peut bien être le « mal » qui ronge ce peuple ? corruption, trahison, illusion ? On a même cru que le pouvoir divin nous emmènerai à la quiétude tant attendue : 41 ans de pouvoir, même Salomon qu fut bénît par le très Haut dans la Bible n’a fait que 40 ans de règne.
    A quel sein se vouer aujourd’hui, quand est-ce tout ce-ci finira-t-il ? Y a-t-il encore un espoir ? Je me résous à laisser faire le temps. Seule chose qu’aucun homme ne maitrise.
    Impuissant, à 23 ans mais conscient que rien ne va plus je ne peux que qu’observer. Le jour où l’on atteindra le fond de l’abîme, espérons que l’appui du fond nous sortira de cette noyade.
    Je pleure pour ce pays. Je pleure parce que je n’arrive pas à le nier, ni à vouloir changer de nationalité. Je me sens très mal ! L’envie de faire évoluer les mentalités, les choses , le Gabon.
    Dites moi que je rêve. Dites-moi que bientôt je vais me remettre de ce cauchemar.
    Rendez-vous compte ? Mes parents y sont nés et bientôt je vais avoir des enfants. Seront-ils aussi contaminés que ma génération ? Vont-ils eux aussi subir comme nous ? Vous imaginez 4 générations sous le même régime ? Dites-moi que je rêve ! je refuse de l’admettre !!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...

Lisbonne se reconfine face au retour de l’épidémie de coronavirus

Après une poussée de nouveaux cas, le gouvernement portugais appelle les habitants de certains quartiers de la périphérie de Lisbonne au devoir civique de...

Suivez-nous!

1,331FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Maduro donne 72 heures à l’ambassadrice de l’UE pour quitter le Venezuela

e président Nicolas Maduro a donné lundi 72 heures à la cheffe de la délégation de l'Union européenne à Caracas pour quitter le Venezuela,...

Le Gabon annonce ce mardi des nouvelles mesures de déconfinement

Le Porte-parole du comité national de lutte contre le Coronavirus au Gabon (COPIL), Dr Guy Patrick Obiang Ndong, a indiqué lundi lors du traditionnel...

Diffusion plus lente, mortalité bien plus faible, en Afrique, le coronavirus joue une partition singulière

La jeunesse de la population, les modes de vie et le faible taux de pathologies aggravantes devraient protéger le continent d’une montée en flèche...

Covid-19 : 5 provinces pour plus de 100 nouveaux cas journaliers

Après avoir franchi la barre des 5 000 cas le jeudi 25 juin dernier au Gabon, les chiffres de contamination au Covid-19 poursuivent leur évolution,...

Covid-19 : L’espace Schengen fermé aux ressortissants gabonais

Après un vote le 29 juin 2020, les frontières extérieures de l’espace Schengen vont être rouvertes dès le 1er juillet 2020 à quelques pays,...