Gabon: des responsables de la société civile interpellés à Libreville

Trois responsables d’ONG gabonaises, ainsi qu’un Gabonais associé à la plainte devant la justice française relative notamment au patrimoine en France du président gabonais Omar Bongo Ondimba, ont été interpellés mercredi à Libreville, a-t-on appris de sources concordantes.

Les personnes interpellées sont notamment Marc Ona Essangui, Georges Mpaga et Alain Moupopa, trois figures de la société civile au Gabon, d’après un proche de M. Ona Essangui et deux ONG françaises, Transparence International France (TI) et Sherpa, qui ont déposé le 2 décembre à Paris une plainte contre M. Bongo et les présidents congolais Denis Sassou Nguesso et équato-guinéen Teodoro Obiang Nguema.

Gregory Ngoua Mintsa, partie civile aux côtés de ces ONG dans le cadre de cette plainte, figure aussi parmi les personnes interpellées, selon ces sources.

La plainte déposée en France porte sur « les conditions dans lesquelles un très important patrimoine immobilier et mobilier a été acquis en France » par ces trois présidents et des membres de leur entourage.

Joint par l’AFP, le ministre gabonais de l’Intérieur, André Mba Obame, a confirmé l’information.

« Ils sont interpellés dans le cadre d’une enquête du procureur », a déclaré M. Mba Obame, qui n’a pas souhaité en dire davantage, évoquant « le secret de l’enquête ».

Aucune indication n’avait pu être obtenue mercredi soir sur le sort des quatre hommes.

Marc Ona Essangui, considéré comme le porte-parole de la société civile dans le pays, est coordonnateur au Gabon de la coalition Publiez ce que vous payez (PCQVP) qui milite pour une gestion transparente des revenus pétroliers. Georges Mpaga dirige le Réseau des organisations libres de la société civile pour la bonne gouvernance au Gabon (ROLBG) et Alain Moupopa est président de l’ONG Afrique Horizon.

MM. Ona Essangui et Mpaga ont été interpellés par des policiers accompagnés du procureur de la République, qui ont perquisitionné le siège des ONG et emporté du matériel informatique sans fournir d’explication, a indiqué à l’AFP un de leurs proches, Markhy Edzang.

M. Edzang a cependant lié leur interpellation à « l’affaire des biens immobiliers du président Bongo » en France.

Dans un communiqué transmis à l’AFP, TI France et Sherpa ont affirmé que M. Ngoua Mintsa avait été « arrêté à son domicile tôt ce (mercredi) matin » à Libreville et que MM. Ona Essangui, Mpaga et Moupopa « auraient également été arrêtés. »

Les deux ONG demandent leur « libération immédiate » et « invitent les autorités françaises à intervenir auprès de leurs homologues gabonaises pour que la justice puisse suivre son cours en toute sérénité et dans le respect des droits de l’Homme. »

Le Congo a annoncé avoir porté plainte le 5 décembre à Paris contre les deux ONG, et une fondation ayant pour parrain le président Bongo a indiqué en avoir fait autant le 15 décembre à Libreville.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Covid-19 : Le Gabon en phase critique de l’épidémie

Selon le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil), le pays est en phase...

Covid-19 : la vie prend-elle le pas sur les mesures barrières ?

Doit-on parler d'inconscience, d'irresponsabilité, d'insouciance ou d'imprudence des populations au moment où, un peu partout, en dépit de la nécessité de respecter les mesures...

Covid-19 : communication et sanction doivent aller de pair

Les multiples sorties auxquelles se livrent les autorités administratives jouant un rôle de premier plan dans la lutte contre la propagation du Covid-19, ressemblent...

Gabon | Investissement : Vous pourrez désormais créer votre entreprise en ligne !

Dans le cadre de l’amélioration de son climat des affaires après la perte de précieux points dans les derniers classements du rapport Doing Business,...

Coronavirus au Gabon : point journalier du 2 juin 2020

Gabon Matin vous livre le point journalier du Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon...

Gabon : La masse salariale a atteint 688,9 milliards de francs en 2019

D’après les chiffres de la Direction générale du Budget et des finances publiques, la masse salariale du secteur public (hors collectivités locales) a baissé...

Suivez-nous!

1,335FansLike
125FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : Le Gabon en phase critique de l’épidémie

Selon le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie à Coronavirus au Gabon (Copil), le pays est en phase...

Covid-19 : la vie prend-elle le pas sur les mesures barrières ?

Doit-on parler d'inconscience, d'irresponsabilité, d'insouciance ou d'imprudence des populations au moment où, un peu partout, en dépit de la nécessité de respecter les mesures...

Covid-19 : communication et sanction doivent aller de pair

Les multiples sorties auxquelles se livrent les autorités administratives jouant un rôle de premier plan dans la lutte contre la propagation du Covid-19, ressemblent...

Gabon | Investissement : Vous pourrez désormais créer votre entreprise en ligne !

Dans le cadre de l’amélioration de son climat des affaires après la perte de précieux points dans les derniers classements du rapport Doing Business,...

Total Gabon : 30 milliards de dividende payables à partir du 11 juin

Les actionnaires de Total Gabon percevront à partir du 11 juin prochain leur dividende net d’impôts au titre de l’exercice 2019 de 11 dollars...