Gabon : Les enseignants refusent de reprendre les cours

A l’issue de son Assemblée générale tenue ce 5 janvier à son siège de la Peyrie, La Convention nationale des syndicats du secteur éducation (CONASYSED) a décidé de maintenir le mouvement de grève, malgré la mise en garde du chef de l’Etat lors de son discours à la Nation. Les enseignants conditionnent la reprise des cours à une rencontre directe avec le président de la République.

Ce n’est pas pour demain que les élèves reprendront le chemin de l’école, la Convention nationale des syndicats du secteur de l’éducation (CONASYSED) a décidé le maintient de la grève malgré l’appel du Président de la République.

Pourtant, après les mesures prises par le gouvernement lors du Conseil des ministres du 18 décembre et dont certaines étaient des réponses aux revendications des enseignants, la reprise des cours pour ce 5 janvier était considérée par le gouvernement comme acquise.

Convoqué dans un contexte fortement marqué par la crise sociale portée par la reprise de la grève des enseignants le 15 décembre, la grogne des militaires retraités et plusieurs menaces de grève, le Conseil des ministres avait pris des mesures pour parer au plus pressé.

Le gouvernement a revalorisé la prime de rentrée scolaire, celle-ci passe de 25 000 francs F.CFA par enfant à 62. 500 F.CFA. La prime de transport a également été réévaluée, elle est passée de 17.000 F.CFA à 35.000 F.CFA soit une augmentation de 18.000 F.CFA.

Le gouvernement a surtout consenti à payer la prime d’incitation à la carrière enseignante pour les fonctionnaires de l’éducation nationale et de l’enseignement technique.

Celle-ci varie de 100.000 F.CFA à 30.000 F.CFA pour les agents de la catégorie A hiérarchie A1 et A2 et de 100.000 F.CFA à 10.000 F.CFA pour les catégories B hiérarchie B1 et B2 et la catégorie C, selon les zones d’affectation des enseignants.

Principale raison de la reprise de la grève par les enseignants, cette prime sera payée une fois l’an au mois de mai et ne sera pas fixée à 100.000 francs indistinctement pour tous les enseignants comme le réclamait la CONASYSED.

Est-ce pour cette raison que l’assemblée générale de la CONASYSED a décidé de poursuivre la grève? Sans doute, puisqu’elle conditionne la reprise des cours par une rencontre directe avec le Président de la République.

Que va faire le gouvernement? Va-t-il laisser se poursuivre la grève qui fait déjà planer le spectre d’une année blanche? La réponse du Président et celle de son gouvernement sont attendues demain à l’occasion de la cérémonie de présentation des vœux à l’hôte du palais de bord de mer.

La crise qui secoue le système éducatif gabonais a débuté depuis la rentrée scolaire du 6 Octobre 2008 avant d’être suspendue à deux reprises.

Les enseignants réclament entre autres l’harmonisation des salaires entre les enseignants recrutés avant et après 1991, la prime d’éloignement pour tous ceux affectés loin de la capitale, mais surtout une prime d’incitation fixée à 100.000 francs CFA pour toutes les catégories confondues.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....