spot_imgspot_img

« Biens mal acquis »: un avocat français empêché de se rendre au Gabon

Un avocat français, Me Thierry Lévy, empêché jeudi par la police française à la demande de l’ambassade du Gabon à Paris de s’envoler à destination de Libreville pour y défendre des militants des droits de Homme arrêtés fin décembre, a dénoncé mercredi un « coup de force » intolérable et s’apprête à saisir le ministre des Affaires étrangères Bernard Kouchner, a-t-il indiqué lors d’une conférence de presse vendredi à Paris.
L’avocat a expliqué que la Police aux frontières (PAF) était venue le chercher en salle d’embarquement alors qu’il s’apprêtait à monter dans l’avion. Les fonctionnaires lui ont indiqué que son visa, délivré par l’ambassade du Gabon en France quelques jours plus tôt, avait été annulé par cette même ambassade pour des « raisons de sécurité ». L’avocat s’est demandé si « la police française était fondée à (l)’empêcher de partir », a-t-il dit.

Il devait se rendre à Libreville pour y rencontrer cinq Gabonais interpellés fin décembre et écroués mercredi dans la capitale gabonaise, accusés de propagande en vue l’incitation à la révolte contre les autorités, selon l’association Survie. Selon Me Lévy, la sécurité de ces personnes n’est pas assurée. Elles ont adressé le 8 décembre une lettre ouverte au chef de l’Etat gabonais, Omar Bongo.
Ces interpellations font suite à la plainte déposée en décembre à Paris par des ONG et des plaignants africains qui accusent plusieurs chefs d’Etat, notamment Omar Bongo, d’avoir détourné des fonds de l’Etat à des fins personnelles, a relevé vendredi Me William Bourdon, l’avocat de ces ONG qui dénoncent des « biens mal acquis ».

« Ils se sont attaqués à la corruption internationale, à la prévarication, et à la patrimonisation de l’Etat », a dit Me Bourdon. Avec Me Lévy, ils vont demander à Bernard Kouchner comment la France va faire respecter la convention judiciaire de 1963 qui prévoit le « libre choix du défenseur » et prend le pas « sur le pouvoir discrétionnaire des Etats de délivrer des visas ».

« Si Bernard Kouchner ne peut rien faire, alors nous irons voir son patron », a assuré Me Thierry Lévy. L’avocat a dénoncé les pressions et les menaces dont est victime son confrère gabonais avec qui il défend les cinq opposants. Il a déposé une nouvelle demande de visa pour le Gabon.

Les associations Sherpa et Transparence-International ont déposé une plainte contre X visant l’acquisition en France par des chefs d’Etat africains et leur entourage d’un patrimoine immobilier et mobilier. Cette plainte pour « recel de détournement de fonds publics », « blanchiment », « abus de biens sociaux » et « abus de confiance » vise les présidents Omar Bongo (Gabon), Denis Sassou N’Guesso (Congo-Brazzaville) et Théodore Obiang (Guinée-Equatoriale).

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES