Communiqué: Le BDP-Gabon Nouveau annonce la création et la réunion de la « Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National » à Paris du 20 au 22 février 2009

BDP_logo.jpgCommuniqué de Presse
COALITION GABONAISE DU REFUS ET DE SALUT NATIONAL

Suite aux arrestations arbitraires dont de dignes membres de la société civile gabonaise ont fait l’objet en janvier 2009 au Gabon, notamment par l’arrestation de leaders d’ONG, de journalistes et de citoyens (Grégory Gnbwa Minsta – plaignant dans l’affaire des Biens Mal Acquis, Marc Ona Essangui et Georges Mpaga de PWYP Gabon, Gaston Asseko – directeur technique de Radio Sainte Marie, et l’adjudant de gendarmerie Jean Poaty), coupables seulement d’avoir osé demander la bonne gouvernance aux dirigeants gabonais, et constatant la dérive dictatoriale plus que jamais avérée et irréversible du régime Bongo, le BDP-Gabon Nouveau a décidé le lancement à Paris du 20 au 22 février 2009 d’une structure de rassemblement qui s’appellera « Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National ».

Saluant tout d’abord les efforts anciens et récents de la société civile et politique gabonaise, notamment :

– sur le plan politique, des partis et mouvements d’opposition comme l’UPG de Pierre Mamboundou, le PGP toutes tendances, le MORENA toutes tendances, l’UGDD de Zacharie Myboto, etc.

– sur le plan associatif, d’organisations non gouvernementales (Brainforest, Publiez Ce Que Vous Payez, etc., conduites par Marc Ona Essangui et ses collègues) et syndicales (CONASYSED, CGSL, SYNA-CNSS, SYP-CNSS, UT-CNSS, etc.), y compris, plus récemment, toutes les organisations associatives regroupées au sein du groupe des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise dont Monsieur Bruno Ben Moubamba est le porte-parole,

Et saluant également ce qui semble enfin, au bout de 41 ans de tentatives infructueuses de débarrasser le Gabon du régime Bongo, se présenter comme le début d’une prise de conscience générale par la société civile et politique gabonaise que le salut du Gabon passe obligatoirement non seulement par la radicalisation, mais également par la politisation coordonnée du combat que mènent depuis 41 ans les acteurs de la société civile et politique gabonaise en vue de la fin du régime Bongo,

Le BDP-Gabon Nouveau a jugé opportun d’inviter au rassemblement, autour d’une CHARTE DU REFUS, tous les acteurs politiques et associatifs qui souhaitent, à l’extérieur comme à l’intérieur du pays, le départ immédiat et inconditionnel non seulement d’Omar Bongo, mais de tout son régime du pouvoir par tous les moyens possibles.

Il s’agit aujourd’hui de ne plus faire les choses ni petitement ni de moitié comme cela a été le cas pendant 41 ans, mais de s’atteler, de manière massive et coordonnée, et de manière appuyée , vigoureuse et permanente, à remettre à plat toute la destinée politique et économique du Gabon en vue d’un départ à zéro, une sorte de redémarrage à partir d’un « Degré Zéro » de la politique gabonaise qui, sans le blocage bongoïste, pourrait libérer les énergies et les intelligences gabonaises, en vue du progrès politique, économique, social et culturel que la nation attend.

Il s’agit aussi de comprendre que quelle que soit l’origine de l’action qui vise au changement au Gabon, que cette action soit politique ou associative, le salut du Gabon aujourd’hui réside dans la coordination massive, permanente et non plus dispersée des diverses initiatives menées par les forces sociales et politiques qui veulent le changement au Gabon. Aucune organisation politique ou associative gabonaise ne pouvant à elle toute seule prétendre changer le Gabon sans la participation et la collectivisation des efforts de tous, seule une unité agissante et patriote de toutes les forces individuelles, politiques et associatives du pays viendra à bout du monstre bongoïste. Du moment que les acteurs politiques et associatifs s’accorderaient tous sur un seul objectif, celui d’une structure du refus qui mènerait au départ immédiat et inconditionnel d’Omar Bongo et de son régime du pouvoir, il serait possible d’obtenir pour les Gabonais et pour notre pays, le changement tant attendu et dans les meilleurs délais.

A la réunion de la « Coalition Gabonaise du Refus et de Salut National » les 20, 21 et 22 février 2009 sont donc invités tous les citoyens simples et tous les acteurs politiques et associatifs qui, au Gabon comme dans la diaspora, entendent œuvrer ensemble à la finalisation d’une stratégie de changement profond, urgent et irréversible au Gabon.

Nous invitons à ce titre à la première réunion de la Coalition non seulement les Gabonais qui peuvent à titre individuel faire le déplacement sur Paris, mais également tous ceux qui, regroupés en mouvements politiques ou associations à l’intérieur du pays ou dans la diaspora, souhaitent contribuer au lancement de cette plateforme nationale pour le changement véritable. Nous invitons particulièrement les associations de la société civile gabonaise, qu’il s’agisse de celles réunies au sein des Acteurs Libres de la Société Civile Gabonaise dont Monsieur Brunon Ben Moubamba est le porte-parole ou d’autres existant au Gabon et dans la diaspora, et les mouvements et partis politiques se revendiquant de l’opposition véritable, qu’il s’agisse de partis établis comme l’UPG de Mamboundou, le MORENA, le PGP ou autres, à envoyer des représentants à Paris les 20, 21 et 22 février 2009 en vue d’une concertation sur les méthodes qui permettront à notre pays de se débarrasser enfin, et le plus vite possible, de sa malédiction bongoïste.

A un moment où la société civile et les organisations politiques, au Gabon comme à l’étranger, ont finalement commencé à se rallier à l’idéologie véhiculée par le BDP-Gabon Nouveau depuis près de 10 ans, idéologie demandant non seulement une politisation de l’action associative, mais également une radicalisation de l’action politique et associative au Gabon en vue de la remise en question directe d’Omar Bongo lui-même et, donc, l’adoption d’une stratégie coordonnée visant à rendre ingouvernable le Gabon en vue d’un changement profond et sans condition, le temps nous a semblé enfin logique de travailler à la réunification des forces nationales et diasporiques qui veulent le vrai changement.

Pour devenir membre signataire de la Coalition à titre individuel ou associatif, il suffit de se rendre sur le site du BDP-Gabon Nouveau (https://www.bdpgabon.org) et de cliquer sur l’onglet « Coalition Gabonaise du Refus ».

Pour lire le PDF de la Charte du Refus: Cliquez ici.

Montclair, New Jersey (USA), le 18 janvier 2009

BDP-Gabon Nouveau
P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052
USA
Tél./Fax : (973) 447-9763.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....

Gabon : Pizolub durement frappée par la crise

La société Pizolub est dans la tourmente. Depuis trois mois, la production est à l’arrêt tandis que les salaires sont impayés. Une situation à...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Explosions à Beyrouth: la diaspora libanaise en Afrique sous le choc

L'émotion est forte, à travers le monde, après les explosions qui se sont produites mardi soir à Beyrouth, au Liban. Sur le continent africain,...

Coronavirus : plus de 1 000 nouveaux cas en France en 24 heures

Le virus continue de circuler dans le pays. Le nombre de patients placés en réanimation augmente à nouveau. L'épidémie de coronavirus continue de progresser en...

CGE : le mandat du bureau actuel a été prorogé

La décision rendue par la Cour constitutionnelle le 15 juin dernier devrait vraisemblablement mettre un terme à un débat qui a cours, en ce...

Ping, Mayila et la réconciliation nationale : Mystification politicienne

En se gardant d’analyser les aspects pratiques, les leaders de la Coalition pour la nouvelle République (CNR) et de l’Union pour la nouvelle République...

Confinement : Le secteur informel dans la tourmente

Les mesures de confinement prises par le gouvernement pour lutter contre la propagation du Covid-19 ont sérieusement impacté de nombreux secteurs dont les services....