spot_imgspot_img

Gabon: Santé: suspension de salaire pour les grévistes de la Santé Publique

Dans une déclaration faite mardi soir à la première chaîne de télévision(RTG1), le porte-parole par intérim du gouvernement gabonais, a annoncé la suspension du salaire des grévistes du service public de la Santé dès le mois de février en cours, suite à la non observation du service minimum par le Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS), en grève générale illimitée depuis plus d’un mois. «La solde des agents du ministère de la Santé sera mise en bons de caisse. Seuls les agents présents à leur poste de travail pourront retirer leurs bons de caisse auprès de leurs administrations respectives», a déclaré Josué Mbadinga, qui a précisé que «pour une meilleure surveillance de ladite décision, des contrôles de présence seront effectués dans les différents services».

Le gouvernement a d’autre part décidé de mettre en place un dispositif sécuritaire à l’entrée des établissements sanitaires, afin de permettre aux agents non grévistes d’accéder librement à leur lieu de travail.

«Les agents en grève doivent respecter les principes de la liberté du travail. Ils ne doivent en aucun cas empêcher l’accès aux lieux de travail aux personnes non grévistes chargées d’assurer le service minimum », a martelé le porte-parole.

Josué Mbadinga a rappelé que les jours de grève ne sont pas rémunérés en République gabonaise, indiquant par ailleurs que «seules les prestations familiales, les suppléments pour charge aux familles et l’aide au logement seront versées aux agents en grève».

La grève des personnels de la Santé Publique du Gabon a débuté le 12 janvier dernier. Les principales revendications du Syndicat national du personnel de la santé (SYNAPS) -un des sept syndicats du secteur de la santé– concernent le paiement de l’indemnité de logement et de la prime hospitalière.

Le porte-parole du gouvernement a regretté que la grève perdure alors que la prime de logement revendiquée a déjà été versée aux grévistes.

Selon le gouvernement, de nombreux cas de décès seraient advenus, imputables à la non observation du service minimum par le personnel hospitalier du service public.

«Lorsqu’une grève est déclenchée, le service minimum doit être mis en place par le syndicat des agents de l’Etat concerné», a rappelé le porte parole du gouvernement, qui argue à ce propos du «non respect de la loi».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES