spot_imgspot_img

Gabon : Les agents de la Santé prêts à sacrifier leurs salaires

Le Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) a tenu une conférence de presse le 21 février dernier à Libreville pour expliquer l’inflexibilité des positions des grévistes face aux décisions du gouvernement de suspendre leurs salaires et de mettre en place des dispositifs sécuritaires dans les structures hospitalières. Le bureau exécutif du SYNAPS a appelé ses membres à sacrifier leurs salaires pour la satisfaction de leurs revendications et ont assuré la reprise du service minimum dès l’annonce d’un signal fort du gouvernement. Toujours inflexibles aux pressions du gouvernement, le Syndicat national des personnels de santé (SYNAPS) a tenu une conférence de presse le 21 février dernier à Libreville pour faire le point sur l’enlisement de la situation.

La décision du gouvernement de suspendre les salaires des grévistes et d’installer les forces de l’ordre dans les structures sanitaires pour permettre aux non-grévistes d’assurer leurs services n’a pas suffit à décourager les personnels en blouses blanches, qui semblent fermement décidés à obtenir satisfaction sur leur cahier des charges.

«La grève continue jusqu’à la meilleure appréciation de notre cahier de charge», a annoncé le secrétaire général du SYNAPS, Serges Mickala Moudanga.

Le leader syndical a expliqué que «le rétablissement du service minimum se fera facilement dans les neuf provinces lorsque le gouvernement aura donné un signal assez fort selon le programme établi par le SYNAPS en collaboration avec les responsables hiérarchiques des structures sanitaires et hospitalières».

Cette mesure du gouvernement devra par ailleurs s’accompagner «du retrait des postes de sécurité, qui en temps normal n’assurent ni la sécurité des structures hospitalières et sanitaires encore moins celle des salariés», a ajouté Serges Mickala Moudanga.

En réponse à la décision du gouvernement de suspendre le salaire des grévistes dès la fin du mois de février, le SYNAPS a appelé ses membres «à ne pas signer les fiches de présence aux postes mis à leur disposition par l’administration des structures».

«Cette éventuelle suspension des salaires contribuera au prix à payer par les personnels de santé pour l’obtention de leurs revendications légitimes accordées par son excellence Omar Bongo, président de la république depuis 2003», a déclaré le secrétaire général du SYNAPS.

Selon la déclaration du gouvernement gabonais du 17 février le «solde des agents des ministères de la Santé et de la Fonction publique sera mis en bons de caisse à compter du mois de février 2009» et que «seuls les agents présents à leur poste de travail pourront retirer leur bon de caisse auprès de leur administration respective. A cet effet, les contrôles de présence seront effectués dans les différents services».

Le bureau exécutif du SYNAPS a toutefois adressé ses félicitations au ministre de la Santé, Idriss Ngari, pour avoir fait preuve de discernement en évitant «une arnaque de 50,4 millions de francs CFA organisée par l’ancien secrétaire général du SYNAPS et certains syndicats de la Santé pour arrêter le mouvement de grève du SYNAPS».

En grève depuis le 12 janvier dernier, le durcissement du mouvement des personnels de santé qui a entraîné la suspension du service minimum dans la majorité des structures sanitaires publiques du pays, entraîne de graves dommages sanitaires collatéraux, notamment dans les franges les plus défavorisées de la population.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES