Communiqué: Le BDP-Gabon Nouveau salue la saisine par la justice française des comptes bancaires du dictateur gabonais et demande qu’Omar Bongo soit déclaré coupable de crimes économiques contre l’humanité des Gabonais

Le BDP-Gabon Nouveau, mouvement d’opposition radicale au régime dictatorial d’Omar Bongo au Gabon, salue la saisine faite hier jeudi 26 février par la justice française sur les comptes bancaires d’Omar Bongo en France.

En cet acte souverain de la justice française visant à rendre justice à un Français ayant, dans ses affaires avec la famille Bongo, été floué et arnaqué par la mafia gabonaise dont Omar Bongo est le chef suprême, le BDP-Gabon Nouveau voit enfin se dessiner chez les juges français le refus de faire de leur pays le receleur et le réceptacle des fortunes africaines volées par les dictateurs kleptocrates.

A ce titre, le BDP-Gabon Nouveau lance un appel solennel à la justice française l’invitant à ne pas s’arrêter qu’aux faits de justice qui concernent les citoyens français. Il nous semble que, dans la procédure actuellement en cours, la saisine des comptes n’a été obtenue que parce que dans cette affaire était impliqué un citoyen français confronté à l’arbitraire de la mafia bongoïste au Gabon. Le fait qu’Omar Bongo ait pu détenir en France, non seulement des comptes bancaires, mais aussi des biens immobiliers et autres biens financés directement par l’argent détourné du trésor public gabonais, aurait dû interpeller la justice française depuis des années.

Il est donc temps aujourd’hui pour la justice française d’aller plus loin. Elle doit, dès maintenant, ne plus se contenter uniquement de rétablir les Français lésés dans leurs droits par la mafia bongoïste.  Elle se doit, plutôt, de constater :

– que l’ampleur des biens et fortunes détenus par Omar Bongo, sa famille et affiliés fait partie d’un réseau de biens mal acquis qui, depuis 41 ans, vident le Gabon de ses richesses au profit d’une seule famille et de quelques complices;

– que le viol du Gabon par Omar Bongo, sa famille et affiliés est tel que les sommes détournées depuis 41 ans ont causé au Gabon un véritable génocide économique et humain qui a mené à la paupérisation totale d’un pays pourtant richement nanti, paupérisation qui a fait qu’au Gabon, près de 70% de la population vive inexplicablement en dessous du seuil de pauvreté, que les Gabonais ne puissent espérer vivre que 45 à 50 ans quand des pays plus pauvres comme le Maroc ont une longévité de plus de 70 ans, qu’un bébé sur cinq qui naît au Gabon ne voie pas son premier anniversaire, et que les hôpitaux du pays deviennent de vrais mouroirs sans médicaments ni structures de soins adaptés, ce qui a fait du régime Bongo un régime de cruauté et de mort pour le peuple gabonais depuis 41 ans;

– que la présence en France de comptes douteux dont l’origine est facilement traçable et s’établit comme découlant de détournements et de ponctions illégales faites directement dans les caisses du trésor public gabonais, ferait automatiquement de la France un pays coupable de recel de produits volés, ce qui est inacceptable du point de vue du droit français, surtout quand on sait que des précédents existent et qu’une enquête du Sénat américain avait déjà établi en 1999 que le montant des avoirs d’Omar Bongo placés sur ses différents comptes bancaires à la Citibank, à New York, de 1985 à 1997, était d’environ 130 millions de dollars, soit 900 millions de francs français, que cet argent provenait directement du trésor public gabonais et qu’Omar Bongo s’allouait, au bas mot, 10% des ressources du Gabon aux fins d’usage personnel !

Le BDP-Gabon Nouveau pense, par conséquent, que la justice française se doit d’aller plus loin et saisir, au nom du peuple gabonais lésé, non seulement tous les comptes bancaires du dictateur gabonais et affiliés, mais également tous leurs biens, qu’ils soient immobiliers ou autres, aux fins des restituer ces biens à la nation gabonaise uniquement quand le régime bongo aura quitté le pouvoir.

Par ailleurs, le BDP-Gabon Nouveau demande que la justice française, au vu des crimes constatés et, donc, reconnus par elle sur la base de l’injonction de saisine prononcée, déclare Omar Bongo et sa famille de kleptocrates personas non gratas en terre française pour crimes économiques contre l’humanité des Gabonais, ce qui veut dire non seulement leur refuser l’entrée en France tant que le régime Bongo serait au pouvoir et tant que la saisine des comptes incriminés serait d’effet, mais également procéder à leur arrestation pour détournement et crimes économiques contre pays tiers dès que serait constatée leur présence en France.

Fait à Montclair, New Jersey (USA), le 27 février 2009

BDP-Gabon Nouveau

P.O. Box 3216 TCB
West Orange, NJ 07052
USA
(973) 447-9763

Exprimez-vous!

  1. Poussin legnagna

    Tu as raison mais la reprise en main de la diaspora est en train d’etre organisée par les gabonais compétents qui ont décidés de s’organiser en Coalition du Refus .

    L’avenir appartient a cette génération de gabonais du Changement
    quand a Omar il a tellement fait de mal aux Gabonais en les divisant que personne ne vas regretter son départ

  2. Je viens de lire un article sur le site de L’UPG de POUSSIN Jean Legnagna.

    Comment se fait il que notre cher Président soit toujours impliqué dans des affaires assez louches voire rocambolesques?
    pourquoi parle t’on peu des BIYA, WADE, ou COMPAORE?

    Il doit avoir un lien entre ces nombreuses affaires impliquant souvent le président du Gabon: L’insolente richesse de sa famille et de son clan ,opposée à l’extrême pauvreté de sa population.

    Le gaspillage des richesses du pays pour le seul compte d’une poignée de profiteurs au détriment du développement du pays.

    La grande corruption qui gangrène le pays, sans oublier la longévité au pouvoir qui n’est plus à l’ère du temps dans les sociétés où tout va vite et où l’on s’achemine vers la réduction des mandats.

    Cette liste non exhaustive des récriminations faite au pouvoir de Libreville justifie en partie l’intérêt de la presse internationale sur ce qu’il se passe au pays de Mr Bongo.

    Ceci étant, cette affaire qui n’en est qu’une parmi d’autres (car l’affaire des biens immobiliers va encore revenir sur la scène publique au mois de mars ou avril au tribunal de paris), illustre bien que Mr Bongo n’a peut être pas compris que le meilleur moyen de laisser une empreinte dans ce monde n’est pas de s’acheter des villas et des voitures de luxe hors de son pays et laisser son peuple croupir dans la misère, mais plutôt développer son pays pour le hisser au rang enviable de nation prospère.

    Il est un fait que mes compatriotes ne pourraient renier ici c’est cette absence du Gabon de plus de deux semaines du chef de l’Etat pour le Maroc pour des problèmes de santé de son épouse.

    A supposer qu’avec l’argent du pétrole Mr Bongo avait mis en place au Gabon des structures sanitaire dignes de ce nom avec des médecins Gabonais bien formés , sa chère épouse se serait fait traiter sur place ce qui aurait généré moins de frais que l’on verse au Maroc.(Là encore on ne sait avec quel budget?) .

    Bref on ne tire pas sur une ambulance car Mr Bongo a déjà trop de problèmes à résoudre (Biens immobiliers, comptes bloqués à Paris, problème de santé de son épouse, ses propres problèmes de santé et les problèmes liés à la succession, Kouchner etc..)

    Mais je pense que l’on assiste là aux prémices d’une chute programmée de notre chef de l’état qui devrait à mon avis le pousser à se racheter assez rapidement auprès de son peuple, en quoi faisant?

    Primo : Reconnaitre s’être trompé dans sa politique, et demander Pardon au peuple Gabonais pour les privations qu’il subit depuis plus de 40 ans.
    Secundo; s’acheter une conduite en quittant le pouvoir et en le remettant entre les mains du peuple Gabonais c’est à dire procéder à une élection présidentielle ou bien désigner au plus vite un successeur approuvé par l’ensemble du peuple.
    Tertio: Rapatrier les fonds amassés et accélérer le développement du pays par des investissements massifs.
    Et enfin, se réconcilier avec les Gabonais qui ont été blessés, meurtris par les agissements et la brutalité de son pouvoir, et reconnaitre que certaines provinces et ethnies entières ont été discriminées, parce que ne partageant pas sa vision politique .
    C’est de cette manière que le peuple Gabonais pourrait peut être lui accorder quelques circonstances atténuantes(?)

    Je termine mon propos avec cette vieille maxime:
    « Il Faut savoir quitter les choses avant qu’elles ne vous quittent ». Cela fait 3 ans que je ressasse cette vielle maxime, mais là ce sont les choses me semble t’il qui sont en train de quitter à petits pas notre cher Monsieur.
    Les cieux, les Dieux, les aïeuls , sont en train de se réveiller. Gare à la justice Divine.

    Le schéma tel qu’il se dessine ressemble à s’y méprendre à celui suivi par d’autres dictateurs avant leur chute, j’espère me tromper dans mon analyse, mais!!!!!!
    A bon entendeur Salut

    Jean Legnagna POUSSIN

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

Articles apparentés

Des Bongo aux Valentin : L’insurrection désormais la seule voie pour en terminer avec la monarchie des Bongo au Gabon

Chers compatriotes, La récente nomination de Nourredine Valentin au poste aux contours nébuleux, mais pourtant ultra-tentaculaire, de « Coordinateur des affaires présidentielles » de son...

Le Gabon en Danger : Le Dr. Daniel Mengara présente son livre à la communauté académique de Montclair (USA)

C’est ce lundi 18 novembre que le Dr. Daniel Mengara, dans le cadre d'une conférence-débat de lancement de livre qui a attiré plus de...

Dr. Daniel Mengara (Vidéo): Présentation Nouveau Livre: Le Gabon en Danger – Du devoir de réforme au devoir de violence

Le Dr. Daniel Mengara, dans le cadre de son retour en politique et après plus de trois ans de silence passés à faire ce...

Suivez-nous!

1,336FansLike
124FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES

Covid-19 : dangereuses négligences des gestes barrières dans l’arrière-pays

À l’intérieur du pays, le Covid-19 semble désormais accélérer sa vitesse de contagion. Malgré ce fait, les populations affichent une certaine négligence dans l'hinterland....

Récession : Les petits opérateurs économiques à la peine

Les petits opérateurs économiques sont parmi ceux qui subissent les pertes les plus lourdes depuis la mise en application des mesures barrières face à...

Eau et électricité : la SEEG revoit les critères de la gratuité

La Société d'énergie et d'eau du Gabon (SEEG) a déclenché, lundi 25 mai 2020, sa deuxième phase de distribution gratuite d'eau et d'électricité décidée...

Recensement des agents publics : la deuxième phase en cours

La deuxième phase de l'opération de recensement biométrique des agents publics est effective depuis le début de la semaine en cours. Cette phase est essentiellement...

L’armée française dément avoir importé des vaccins au Gabon

En pleine pandémie de coronavirus, les réseaux sociaux s’étaient enflammés, mi-mai, suite à l’arrivée par avion français d’une boîte avec inscription “sérums, réactifs et...