spot_imgspot_img

Gabon : L’UE à la rescousse du secteur de Commerce

Le ministre gabonais du Commerce, Patrice Tonda, coordonateur national du Fonds européen de développement (FED), a ouvert le 4 mars dernier à Libreville le séminaire de restitution et de validation du programme d’appui du FED au secteur gabonais du Commerce. Ces travaux doivent permettre de valider le programme d’appui élaboré par les consultants qui doit permettre de diversifier l’économie nationale, de réduire la dépendance au secteur pétrolier et de renforcer la compétitivité du secteur privé gabonais sur la marché international.

Dans le cadre du 10e Fonds européen de développement (FED), les acteurs du secteur gabonais du Commerce ont été conviés le 4 mars dernier à dresser le bilan des études réalisées pour identifier les moyens de renforcer le secteur privé au Gabon.

Ouverts par le ministre gabonais du Commerce, Patrice Tonda, coordonateur national du FED et le représentant de l’Union européenne, Thierry Mathisse, les travaux du séminaire de restitution et de la validation du programme d’appui au secteur du commerce au Gabon doivent permettre de valider le plan d’action pour la mise en œuvre de l’enveloppe allouée au secteur privé dans le cadre du 10e FED.

2 milliards de francs CFA ont été alloués au renforcement de la compétitivité du secteur privé, domestique mais aussi à l’appui institutionnel aux administrations, notamment au ministère du Commerce.

A ce titre, des missions de terrain ainsi que des entretiens avec les différentes administrations concernées par ce projet et les acteurs du secteur privé, de la société civile et les bailleurs de fonds ont été réalisés pour cibler les axes prioritaires de ce projet.

«Le programme d’appui au commerce financé dans le cadre du dixième FED sera préparé et précisé afin de tenir compte, entre autres, des recommandations des participants à ce présent atelier», a expliqué le représentant de la délégation de l’UE, Thierry Mathisse.

«Deux maîtres mots doivent guider ces échanges: ambition et réalisme» a lancé le représentant de l’UE, «ambition car il s’agit de préparer le pays à des réorientations économiques nécessaires; réalisme car il s’agit d’un travail de longue haleine duquel ce projet constituera la première étape».

«La stratégie de diversification de l’économie gabonaise doit porter notre pays dans le peloton des nations émergentes tirées par le secteur privé et le commerce», a rappelé le ministre du Commerce, Patrice Tonda.

«Le mouvement de libéralisation économique engagé depuis quelques décennies dans notre pays limite pour l’essentiel le rôle économique de l’Etat à la mise en place d’un environnement économique favorable au développement du secteur privé, l’élargissement de l’espace économique national par l’intégration régionale et le développement d’infrastructures physiques et normatives susceptibles d’améliorer à terme la compétitivité en terre gabonaise», a-t-il précisé.

Le ministre délégué au développement, Alexandre Barro Chambrier, a expliqué que dans le cadre de la stratégie de croissance et de diversification économique «le gouvernement gabonais a décidé de formuler un projet d’appui au commerce visant d’une part à améliorer la compétitivité de notre secteur privé et d’autre part à renforcer nos infrastructures en qualité de façon à faciliter l’accès des produits gabonais aux marchés internationaux».

Ce projet d’appui «doit permettre à notre économie d’être moins dépendante des contraintes extérieurs du fait du développement d’un appareil productif local susceptible de créer une demande et donc une activité économique locale moins sujette aux fluctuations de la demande en matières premières qui constitue encore plus de 80% de nos exportations et 60% de nos recettes publiques», a poursuivi le ministre délégué.

«Il devra aussi permettre d’accroître les opportunités d’accès de nos produits vers les marchés internationaux; nous aider à mieux réguler les conditions d’entrée des produits importés de notre marché national et garantir de ce fait une insertion harmonieuse de notre économie dans le commerce international», a conclu Alexandre Barro Chambrier

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES