spot_imgspot_img

Gabon : Libreville prend la tête de la sous-région en matière de liberté économique

Le dernier rapport sur la liberté économique produit par The Heritage Foundation et le Wall Street Journal place le Gabon à la 1ère place de la sous-région d’Afrique centrale, pour le 24e rang africain et le 118e rang mondial sur 180 pays classés. Ce nouveau rapport qui fait gagner quatre places au Gabon salue les efforts entrepris pour améliorer la liberté des entreprises et du commerce, mais note toutefois un bémol pour la persistance des entraves administratives et de la corruption.

Le niveau de la liberté économique au Gabon a gagné quatre place dans le nouveau rapport mondial produit par The Heritrage Foundation et le Wall Street Journal qui classe 180 pays selon leurs critères d’ouverture économique, l’environnement réglementaire ou encore la corruption.

Ce nouveau rapport classe le Gabon au 118e rang mondial et au 24e rang africain sur 51 pays classés sur le continent. Au niveau de la sous région d’Afrique centrale, le Gabon détrône le Cameroun, relégué au 136e rang mondial, et arrive devant la Guinée équatoriale (142e), la République centrafricaine (156e), le Tchad (161e) et le Congo (166e).

The Heritage Foundation et le Wall Street Journal classe 180 pays du monde selon les critères de liberté des entreprises ; liberté du commerce ; liberté fiscale ; taille des pouvoirs publics ; liberté monétaire ; liberté des investissements ; liberté financière ; liberté de propriété ; corruption et main d’œuvre.

Le rapport souligne que les principaux progrès réalisés par les autorités gabonaises se situent au niveau de la liberté des entreprises et de la liberté du commerce, c’est-à-dire que l’interventionnisme de l’Etat sur le système économique et financier serait moins prégnant qu’auparavant.

« Le total des dépenses publiques, y compris la consommation et les paiements de transfert est modéré. La privatisation a progressé quelque peu, et près de 30 entreprises d’Etat ont été cédées », signale le rapport.

L’étude signale toutefois que la liberté économique au Gabon reste entravée par les obstacles administratifs, précisant que « dans l’ensemble, la liberté d’entreprise est limitée au Gabon par l’environnement réglementaire ».

« Créer une entreprise prend en moyenne 58 jours, comparativement à la moyenne mondiale de 38 jours. L’obtention d’une licence d’affaires nécessite moins que la moyenne mondiale de 18 procédures et 225 jours. La fermeture d’une entreprise peut être longue et coûteuse », indique le rapport.

L’escalade tarifaire, les interdictions à l’importation, les taxes d’exportations ou encore l’insuffisance des capacités administratives et commerciales ont valu au Gabon ses notes les plus piteuses sur les critères de liberté des investissements, liberté de la propriété, liberté financière et corruption.

« L’influence politique, la corruption et les coûts de production élevés entravent l’investissement », explique le rapport, concédant que « la propriété privée est relativement bien protégée », mais que « la corruption est perçue comme généralisée ».

« La faiblesse de la gestion financière et la corruption ont contribué à d’importants arriérés de la dette intérieur et extérieur », ajoute l’étude.

A l’échelle continentale, l’Ile Maurice, le Botswana et l’Afrique du Sud forment toujours le peloton de tête en matière de liberté économique, comme Hong Kong, Singapour et l’Australie à l’échelle mondiale.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES