spot_imgspot_img

Madagascar: Et revoilà Ravalomana!

Et revoilà Ravalomana!Et revoilà Ravalomana!© La rédaction web de Jeune Afrique

Les partisans de Marc Ravalomanana accentuent la pression pour obtenir le départ du président de transition Andry Rajoelina. Outre les manifestations quotidiennes, une pétition demandant le retour du chef de l’Etat déchu a été lancée.

A chaque jour sa manifestation. De lundi à jeudi, des milliers de partisans de Marc Ravalomanana ont battu le pavé dans la capitale malgache Antananarivo. Certains n’avaient qu’un slogan à la bouche : « Andry miala » (Andry, démissionne).

Mercredi, une surprise les attendait les militants. Marc Ravalomanana s’est exprimé pour la première fois depuis qu’il a quitté de force le pouvoir le 17 mars. Dans un enregistrement sonore, l’homme d’affaires réitère sa volonté de revenir au pays et de récupérer son poste.

« Il nous appartient, il t’appartient, il m’appartient de défendre notre chère patrie. Venez nombreux, peuple malgache, fonctionnaires, sauver la Nation, défendre l’union et l’unité nationales », a dit le président déchu, actuellement réfugié au Swaziland, où la Communauté de développement d’Afrique australe doit se réunir le 30 mars pour, entre autres, décider de sanctions contre le régime Rajoelina.

Une pétition pour le retour de Ravalomanana

Et Marc Ravalomanana d’accuser le camp d’Andry Rajoelina de ruiner les efforts réalisés pour sortir la Grande Ile de la pauvreté. « Tout le monde à Madagascar était sur la voie du développement, et voilà qu’ils détruisent notre pays par un coup d’Etat », a-t-il dénoncé, en soulignant qu’il ne laisserait pas faire ce « pillage du pouvoir » et qu’il reviendra « bientôt ».

Sur le terrain, les pro-Ravalomanana, qui se sont affrontés mercredi avec des militants proches d’Andry Rajoelina, organisent la riposte. Ils ont lancé une pétition appelant au retour de Marc Ravalomanana et au rétablissement de l’Assemblée nationale et du Sénat, suspendus par Andry Rajoelina.

Un représentant des fonctionnaires qui ont rejoint le mouvement, Désiré Rakotoramanana, a par ailleurs lancé à la tribune un « ultimatum » réclamant la démission d’ici vendredi du ministre des Finances du gouvernement de transition. Binja Razafimahaleo est accusé par les manifestants de « voler de l’argent ». (avec agences)

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES