spot_imgspot_img

Gabon: un chef de la majorité condamné pour « recours abusif »

Paul Mba Abessole, chef d’un parti de la majorité présidentielle au Gabon, a été condamné par la Cour constitutionnelle à une amende d’un million de FCFA (1.520 euros) pour « recours abusif » dans un contentieux électoral, ont rapporté vendredi des médias gabonais.

La Cour constitutionnelle a rejeté jeudi une requête présentée en octobre 2008 par M. Mba Abessole, président du Rassemblement pour le Gabon (RPG) et par ailleurs vice-Premier ministre, qui réclamait la « révision » d’une précédente décision de la Cour sur un contentieux électoral en 2008, selon la télévision publique RTG1 et le quotidien national L’Union.

Elle lui a infligé « pour recours abusif le maximum de l’amende prévue par la loi, soit un million de FCFA », a expliqué la présidente de la Cour, Marie-Madeleine Mborantsuo, citée par la RTG1.

Paul Mba Abessole avait saisi l’institution pour contester la victoire d’une liste du Parti démocratique gabonais (PDG, pouvoir) aux municipales d’avril l’an dernier conduite par Jean Eyéghé Ndong, actuel Premier ministre.

Son recours demandant l’annulation du scrutin dans un arrondissement de Libreville avait été considéré « non conforme en la forme » et déclaré « irrecevable » par la Cour en septembre.

En octobre, le chef du RPG avait introduit une autre requête demandant la révision de cette décision, en accusant l’institution de partialité et usant de termes assimilés par la Cour à l' »outrage à magistrat ».

Selon des extraits de sa lettre au greffe de la Cour rapportés par la presse, il avait notamment dénoncé « une totale absence d’équité dans les décisions de la Cour » qui, à ses yeux, constituait ainsi « un obstacle majeur au fonctionnement de la démocratie gabonaise ».

La Cour constitutionnelle s’est par ailleurs prononcée jeudi sur 18 recours au total qui lui ont été soumis après les élections sénatoriales de janvier 2009, remportées à une large majorité par le PDG.

Elle a décidé d’annuler l’élection d’un indépendant dans une commune de Lambaréné (230 km au sud de Libreville), qui avait déposé son dossier de candidature après le délai légal.

Exprimez-vous!

  1. Logiquement le Gabon n’est pas un mauvais Pays. Le Gabon n’est pas une « tête vide » comme le pensent certains compatriotes et voir aussi certains pays ce qui se passe est que notre pays a atteit un seuil de corruption très élevé. c’est ce qui fait qu’on ne puisse plus croire en notre justice, notre police, notre gouvernement

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES