spot_imgspot_img

Gabon : Le point de la CNAMGS en période de crise

La Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) a tenu le 3 avril dernier à Libreville son second Conseil d’administration pour faire le point sur la mise en place de ses services dans un contexte marqué par la crise économique et ses doubles répercussions sur le niveau de vie des ménages et les ressources de la CNAMGS. Les administrateurs de la caisse ont passé en revue les difficultés auxquelles ils sont confrontés dans le recensement et l’immatriculation des Gabonais économiquement faibles, notamment les problèmes de la fraude.

Les administrateurs de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (CNAMGS) étaient réunis le 3 avril dernier à l’hôtel Laico Okoumé Palace à Libreville pour dresser le bilan à mi-parcours de la mise en place de ses services auprès des Gabonais économiquement faibles (GEF).

Ce second Conseil d’administration s’inscrit dans un contexte particulier marqué par la dégradation de l’économie mondiale et ses répercussions socio-économiques au niveau national.

Présidé par le 1er vice-président, Jean Claude Alevina, représentant de la Confédération patronale gabonaise, en absence du président du Conseil, Jean Félix Mamalepot, le Conseil d’administration a permis d’aborder les difficultés auxquelles sont confrontés les administrateurs «de la façon la plus directe, la plus ouverte qui soit», s’est félicité le 1er vice-président.

«Il n’y a pas eu de langue de bois. (…) Nous mesurons les difficultés qui sont les nôtres dans l’exercice de nos fonctions et dans la mise en place de ce conseil. Ce ne sont pas de petites difficultés, elles sont vraiment de taille. Nous avons l’obligation, vite, de réussir, mais nous savons qu’il faut être prudents, il ne faut pas se précipiter», a déclaré Jean Claude Alevina au terme des travaux.

«L’état d’avancement est appréciable mais il y a pas mal d’organes à mettre en place. Le 19 décembre dernier, c’était la distribution des premières cartes et aujourd’hui cela se poursuit. Nous avons commencé par Libreville car elle concentre la majorité de Gabonais concernés mais nous allons également nous déployer à l’intérieur du pays. Il va falloir un peu de temps parce qu’au niveau des possibilités pratiques c’est difficile car il faut être installé, il faut avoir un personnel», a-t-il expliqué.

Au titre des problèmes rencontrés par les agents de la CNAMGS dans le recensement et l’immatriculation des GEF, les administrateurs ont mis en exergue la nécessité de renforcer le contrôle des postulants pour éviter les fraudes.

«Nous allons mettre en place une batterie de contrôle pour éviter la fraude. A partir du moment où ça va être des soins gratuits, (…) un maximum de personnes non bénéficiaires essayeront de profiter de la situation», a annoncé monsieur Alevina.

Le Conseil d’administration de la CNAMGS a également procédé à l’examen et à l’adoption du budget 2009. «C’est un budget prévisionnel. Il a été élaboré sur la base des données antérieures qui ont évolué avec le temps», a expliqué monsieur Alevina.

La dégradation de l’économie mondiale et ses répercussions sur l’économie nationale, notamment dans le secteur principal pourvoyeur des caisses de l’Etat, entraîne de facto une restriction budgétaire pour la CNAMGS. L’évolution de la conjoncture économique nationale pourrait ainsi entraîner une révision du budget.

Près de 8400 GEF ont déjà été immatriculés par la CNAMGS et bénéficient dès lors d’une prise en charge des soins de santé et des médicaments dans les hôpitaux et les pharmacies agréés par la CNAMGS. 20 pharmacies et 16 hôpitaux sont d’ores et déjà agréés sur l’ensemble du territoire national.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES