spot_imgspot_img

Gabon : Félix Bongo, le patron de IN Consulting écroué à la prison de Bois D’Arcy

Les responsables du Trésor public avaient été abusés il y a plusieurs mois par un cabinet de Consulting désigné pour la livraison d’une quinzaine de fourgons blindés destinés à l’escorte des fonds publics. Son patron, Félix Bongo a été interpellé le mardi dernier à Cergy, dans la banlieue parisienne avant d’être écroué à la prison de Bois d’Arcy.Le Bois-d’Arcy est une commune du département des Yvelines, dans la région Île-de-France, en France, située à environ neuf kilomètres à l’ouest de Versailles.

M. Bongo qui faisait l’objet d’un mandat d’arrêt international délivré en 2008 par la justice gabonaise, était poursuivi pour des malversations dans l’achat de fourgons blindés commandés en 2006 par le Trésor public dont sa société ING Consulting avait remporté le marché.

Vérification faite, la somme réglée pour l’achat de ces fourgons blindés a été de 3,6 milliards de francs CFA au lieu de 800 millions de F CFA. Selon la justice gabonaise, « la Trésorerie générale a signé en septembre 2006 une convention par entente directs avec la société gabonaise IN Consulting pour la fourniture de 15 fourgons qui avaient été livrés en juin 2007, sont revenus à 800 millions de F CFA ».

D’où la grosse supercherie dénoncée à travers la presse et qui a conduit à la délivrance de mandats d’arrêt aux complices de cette surfacturation.

Il s’agit là, souligne le parquet, « de faux en écriture de commerce et en écriture bancaire que la justice reproche à Félix Bongo (patron de l’entreprise IN Consulting) et ancien agent du Trésor public , de Roger Nguema Mbeng, directeur financier et d’un gestionnaire, Soundas Soundas de l’Union gabonaise de banque ( UGB-Filiale du Crédit Agricole) ».

Selon la justice gabonaise, « la supercherie a permis à Félix Bongo et son collaborateur Roger Nguema Mbeng, d’engranger un trop perçu de plus de 2,6 milliards de F CFA ».

On rappelle qu’en 2006 des braquages répétés avait provoqué une saignée financière dans les caisses du Trésor public. Parmi les mesures urgentes préconisées par les ministères de la Défense et de l’Intérieur, figurait l’installation des cameras de surveillance dans les différentes trésoreries du pays puis l’achat de véhicules blindés pour le convoyage des fonds vers ces entités.

M. Félix Bongo avait toujours clamé son innocence et son avocate, Me Gisèle Eyue Bekale, considère que « le dossier de son client est vide ».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES