spot_imgspot_img

Gabon : Le Caire soutient le développement agropastoral

La ministre égyptienne déléguée aux Affaires étrangères et présidente du Fonds égyptien pour la coopération technique avec l’Afrique, Nivine Ashmawy, a été reçue par le ministre gabonais de l’Agriculture, de l’Elevage et de la Sécurité alimentaire en charge du développement rural, Paul Biyoghe Mba, pour faire le point sur la coopération égyptienne dans ce secteur. La ministre égyptienne a annoncé que son fonds de coopération va soutenir la politique de développement agricole à travers la formation des opérateurs des secteurs agricoles et pastoraux, l’envoi d’experts égyptiens au Gabon ainsi que la fourniture des intrants agricoles.

Après le secteur de la Santé avec l’inauguration du centre médical égypto-gabonais, la ministre égyptienne déléguée aux Affaires étrangères, Nivine Ashmawy, a pris contact avec le ministre gabonais de l’Agriculture, Paul Biyoghe Mba, pour annoncer les axes de la coopération égyptienne dans ce domaine.

Présidente du Fonds égyptien de coopération technique avec l’Afrique, la ministre égyptienne a annoncé le soutien du Caire au Gabon pour le développement agropastoral face aux défis de la sécurité alimentaire.

Nivine Ashmawy a détaillé les trois volets que la coopération égyptienne devrait mettre en œuvre pour soutenir la politique gabonaise de développement agricole, à savoir l’offre de stage de formation en Egypte aux opérateurs gabonais du secteur agricole et pastoral ; l’envoi des experts de l’agriculture et de l’élevage au Gabon pour appuyer le développement agropastoral ; ainsi que la fourniture des intrants agricoles comme les semences et les engrais chimiques.

«Ce sont des secteurs très importants, la sécurité alimentaire incluse. Aussi nous sommes venus pour aider le gouvernement gabonais dans les efforts qu’elle déploie pour diversifier son économie», a déclaré l’ambassadeur égyptien au Gabon, Ahmed Taha, qui introduisait l’émissaire égyptien auprès du ministre.

Face au poids des dépenses alimentaires annuelles sur le budget du Gabon, estimées à près de 250 milliards de francs CFA en 2007, le ministre Biyoghe Mba avait averti que «si rien n’est fait d’ici 2010, les importations atteindront 291 milliards de francs CFA et 447 milliards de francs CFA en 2015».

Le programme d’urgence du ministre de l’Agriculture consiste en un plan d’investissement à moyen terme pour les cinq prochaines années, sur la période 2009-2013, qui vise à «réduire d’au moins 5% par an un certain nombre de produits de première nécessité, notamment le manioc, la banane plantain, le riz, le choux, la tomate, mais aussi les produits garnis tels que la volaille, la viande de porc, le lapin et les petits ruminants».

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES