spot_imgspot_img

Gabon : Les 3000 logements de Libreville tardent à prendre forme

Le projet de construction des 3000 logements à la périphérie de la capitale gabonaise accuse du retard depuis la signature de la convention en avril 2007 entre le ministère de l’Habitat et la société sino-italienne Zywac. Le président de l’entreprise adjudicataire dénonce la torpeur des autorités de tutelle sur la viabilisation des sites de construction et les retards de décaissement qui empêchent d’observer les échéances fixées de ce projet qui doit prévenir la crise du logement qui menace Libreville.

Le retard accusé dans le projet de construction des 3000 logements à la périphérie de Libreville suscite de nombreuses inquiétudes tant du côté des autorités que des populations qui comptent sur ce projet pour juguler la crise du logement latente à Libreville.

La société adjudicatrice du projet, l’entreprise de droits gabonais Zywac, détenue à 70% par le chinois Choriging Road Engeneering group et à 30% par le groupe italien Elcostep international, accuse en effet un sérieux retard depuis la signature de la convention avec le ministère de l’Habitat le 30 avril 2007.

Les termes de la convention prévoient la construction de 1500 villas à Angondjé, à la périphérie Nord de Libreville, 750 autres dans la zone de Bikélé dans la banlieue Est de la capitale, et 750 villas dans la commune d’Owendo au Sud de Libreville.

Mais le président directeur général de Zywac, Nicola Elia, explique que la mise en œuvre du projet se heurte à plusieurs problèmes techniques et administratifs. Il explique en premier lieu que les terrains mis à la disposition de l’entreprise sur les sites d’Angondjé et de Bikélé sont le théâtre de nombreux problèmes d’expropriations.

Sur le site de la commune d’Owendo, le site se trouverait enclavé dans la forêt, nécessitant l’ouverture d’une voie d’accès de près de 5 kilomètres, alors que la convention signée avec le ministère de tutelle pour ce projet prévoit la mise à la disposition de l’entreprise adjudicatrice des terrains viabilisés.

Le PDG de l’entreprise pointe également d’importants retards dans le décaissement des fonds qui lui sont dus. L’entreprise n’aurait encore perçue qu’une tranche d’1,5 milliards de francs CFA sur les trois qui lui sont déjà dues.

Aussi Zywac éprouve-t-elle des difficultés à mettre en œuvre le projet en raison d’un problème de trésorerie alors que ses dépenses et ses charges s’élèvent déjà à 3,9 milliards de francs CFA.

La construction de ces 3000 logements sociaux entre dans le cadre de la politique prioritaire de logement initiée par le gouvernement à travers sa feuille de route et qui doit prévenir une potentielle crise du logement à Libreville, où les populations rencontrent de plus en plus de difficultés à se loger convenablement. Le coût global du projet est estimé à 58 milliards de francs CFA.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES