spot_imgspot_img

Gabon : Le BIT délie le dialogue social à Libreville

Un atelier de formation sur le dialogue social et les techniques de négociations a été ouvert le 16 avril dernier à Libreville à l’initiative de la représentation sous-régionale du Bureau international du travail (BIT). Ces travaux qui réunissent des représentants du gouvernement, des partenaires sociaux, les entrepreneurs et les employés doivent permettre de prévenir et de réguler les conflits sociaux dans le monde du travail, notamment dans les contextes de crises qui attisent ces tensions.

Face à l’embrasement du front social dans de nombreux secteurs de l’administration publique gabonaise, dont certains ont paralysé des pans entiers de l’activité économique du pays pendant plusieurs mois, la représentation sous-régionale du Bureau international du travail (BIT) a organisé le 16 avril dernier un atelier de formation au dialogue social et aux techniques de négociations.

Une cinquantaine de participants, représentants les administrations, les organisations professionnelles, les employeurs et les travailleurs des secteurs publics et privés prennent part à cet atelier qui prendra fin le 18 avril prochain.

Ces assises s’inscrivent notamment dans le cadre du programme de promotion du dialogue social en Afrique francophone, et intervient dans un contexte social local marqué par de nombreuses grèves et un enlisement fréquent des négociations avec les autorités de tutelle.

«Le dialogue social est inscrit parmi les différentes priorités de l’Organisation internationale du travail (OIT). C’est un des objectifs spécifiques à coté de la lutte pour la promotion des droits fondamentaux au développement, au travail, de la promotion au travail et de la protection sociale», a rappelé le représentant résident du BIT en Afrique centrale, Pierre Claver Nzeyimana.

Il a expliqué qu’à cet effet, ces travaux doivent permettre de «trouver des idées afin de réguler les relations professionnelles et prévenir les conflits sociaux».

«Dans cette situation qui nous met fasse à de nombreux défis économiques et sociaux, le dialogue apparaît comme l’une des voies permettant de rechercher des solutions idoines à nos problèmes dans un climat de sérénité», a expliqué le ministre délégué au travail, Jean Norbert Diramba.

«Le Gabon est confronté à une crise sociale marquée par de nombreux conflits collectifs, tant dans le secteur public que privé (…). Cet atelier nous permettra de fixer les idées et d’améliorer les débats afin de sortir le Gabon des conflits sociaux», a-t-il poursuivi.

Les travaux ont été axés sur plusieurs thèmes de réflexion qui synthétise les problèmes auxquels sont confrontés les leaders syndicaux et les autorités de tutelle, notamment «Le dialogue social pourquoi faire ?» ; «Typologie et nature des conflits» ; «Techniques de négociation».

L’embrasement du front social gabonais depuis octobre dernier a permis aux pouvoirs publics d’identifier les insuffisances qu’accusent les instances de négociations pour la résolution des conflits sociaux dans les différents secteurs d’activités du pays.

En mars 2008, une grève de 12 jours des agents du secteur pétrolier avait fait perdre plus de 2 millions de dollars par jour à l’Etat gabonais, mettant en évidence l’importance de la stabilité sociale pour la prospérité économique du pays.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES