Les douaniers africains réunis à Libreville ce lundi jusqu’à vendredi prochain sous le haut patronage du ministre gabonais de l’Econiomie, des Finances ( ), Blaise Louembé, se sont engagés à trouver des armes pour lutter contre les fraudes douanières, au cours de la première réunion conjointe des bureaux régionaux de liaison, chargés des renseignements de l’Afrique de l’Ouest et du Centre (BRLR-AO-AC).
Dans son allocution de circonstance, le directeur général des douanes gabonaises et des droits indirects, Fridolin Onguinda, a relevé l’intérêt que les différents experts mondiaux portent sur les douanes gabonaises dans un contexte de crise financière.
De même il a invité l’ensemble des bureaux régionaux à la facilitation des échanges et des renseignements entre eux, pour mieux lutter contre les fléaux qui nuisent à la sécurité humaine.
C’est pourquoi il a recommandé de garantir le succès des présents travaux de Libreville dans une approche globale et qu’il y ait ”une synergie de tous les Etats membres”.
Pour lui cela doit s’inscrire dans une ”formation de qualité”, laquelle doit s’avérer au Gabon à travers le futur Centre de perfectionnement de Léconi (sud-est), avec l’appui du secrétariat général de l’Organisation mondiale des douanes (OMD).
Le Vice-président des OMD, Armand Jean Jacques Nanga a, pour sa part, a indiqué que la réunion de Libreville témoigne de la collaboration étroite qui existe entre les bureaux d’Afrique de l’Ouest et ceux du Centre, laquelle ”contribue activement aux renseignements pour la lutte contre la fraude douanière sous toutes ses formes par l’implication des correspondants nationaux”.
Cette position, a-t-il dit, se recommande, entre autres, de la ”mise en oeuvre d’une stratégie régionale, d’une analyse des renseignements et d’une coopération renforcée”. Aussi est-il nécessaire aujourd’hui de s’appuyer sur le plan d’action régional concocté récemment à Brazzaville dont les modalités pratiques sont encore à discuter pour une meilleure garantie de la qualité et de la quantité des ressources humaines.
”Nous devons mettre à profit cette rencontre afin de prévenir et de ”lutter efficacement” contre la fraude et les stupéfiants, ce qui selon lui, exige une ”vigilance extrême”.
Par ailleurs, le secrétaire général de l’OMD, Kuntio Mikuriya a loué les efforts effectués par le Gabon en raison de l’intérêt que l’Etat porte à la Douane (la direction générale des douanes a une nouveau bâtiment et le président gabonais vient de procéder à la pose de la première pierre du centre de perfectionnement des douaniers à Léconi) et a insisté sur l’amélioration des échanges et des renseignements entre les différents bureaux dans le but de plus d’efficacité.
”L’OMD continuera à porter son soutien à la douane gabonaise dans le cadre du renforcement des capacités, notamment en matière de formation en matériel de détection ( )”, a-t-il conclu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here