spot_imgspot_img

Gabon : Le dialogue social s’organise à Libreville

L’atelier de formation sur le dialogue social et les techniques de négociations s’est achevé le 18 avril dernier dans la capitale gabonaise, où les représentants du gouvernement, les partenaires sociaux, les entrepreneurs et les employés ont balisé la mise en place effective du Conseil national du dialogue social. Au terme des travaux, considérant l’ampleur prise par les mouvements sociaux au Gabon depuis la fin de l’exercice 2008, les participants ont organisé la rédaction des textes organiques de cette institution et son insertion dans le processus de résolution des conflits sociaux. Face à l’embrasement du front social dans de nombreux secteurs de l’administration publique gabonaise, dont certains ont paralysé des pans entiers de l’activité économique du pays pendant plusieurs mois, la représentation sous-régionale du Bureau international du travail (BIT) a mené des travaux du 16 au 18 avril dernier pour amener les autorités gabonaises à réguler et à renforcer la résolution des conflits sociaux.

Ces trois jours de travaux ont permis aux participants, avec l’aide des experts du BIT, de baliser la mise en place effective du Conseil national du dialogue social (CNDS) qui peine à prendre ses marques depuis la décision de sa création au vif des grèves du mois d’octobre dernier.

Les participants ont notamment décidé de «la création et la mise en place effective du Conseil national du dialogue social ; la mise en place d’un comité tripartite de rédaction des textes régissant la composition des attributions et le fonctionnement du CNDS», révèle le communiqué final des assises.

Cet atelier a également permis de baliser «l’organisation conjointe gouvernement / organisations syndicales des campagnes d’information et de sensibilisation auprès des travailleurs et agents publics avant la mise en place du CNDS et l’insertion dans le projet de charte national sur le dialogue social d’un chapitre portant sur les objectifs du dialogue social», poursuit le texte.

Les participants ont enfin adopté «l’organisation régulière d’autres ateliers de formation tripartite sur le dialogue social», a conclu le rapporteur des travaux, Guy Alain Nang Engo.

«Les objectifs ont été atteints, ce qui répond favorablement aux attentes du gouvernement. (…) Les connaissances acquises seront capitalisées pour améliorer les rapports de partenariat entre l’Etat, les agents publics, les employeurs et les travailleurs, et permettont de fixer l’ensemble des acteurs sur l’importance de la mise en place du Conseil national du dialogue social», a déclaré le commissaire du ministère du Travail, Patrice Moulengui Mouélé.

L’embrasement du front social gabonais depuis octobre dernier a permis aux pouvoirs publics d’identifier les insuffisances qu’accusent les instances de négociations pour la résolution des conflits sociaux dans les différents secteurs d’activités du pays.

En mars 2008, une grève de 12 jours des agents du secteur pétrolier avait fait perdre plus de 2 millions de dollars par jour à l’Etat gabonais, mettant en évidence l’importance de la stabilité sociale pour la prospérité économique du pays.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES