spot_imgspot_img

Gabon: Ogooué-Lolo: Recensement des enseignants : « le ministère se doit d’être vigilant » (Conasysed)

Le ministère gabonais de l’éducation (..) se doit d’être vigilant et même très circonspect pour réussir l’opération de recensement des enseignants et des personnels de l’éducation initiée en vue du payement de la prime incitative, exigée par la convention nationale des syndicats du secteur éducation (Conasysed).

Cette opération qui a débuté le 8 avril à Libreville et qui se poursuit sur l’ensemble du territoire national exige cependant, des initiateurs, beaucoup de tact et de courage pour faire un travail agréable car, recenser les ayants droits, c’est priver les autres, ceux-là qui, bien que partis du ministère, et du secteur éducation, continuent de bénéficier des avantages liées à la fonction  »enseignant ».

En effet, nombreux sont les fonctionnaires, anciens enseignants de l’Education nationale en détachement depuis 10 voire 15 ans dans d’autres ministères qui bénéficient toujours de la prime de logement fixée à 150.000 FCFA pour la catégorie A1 de l’Education nationale et 100.0000 FCFA pour la catégorie A2, alors que les fonctionnaires des autres secteurs de l’administration perçoivent la moitié de ces émoluments.

Beaucoup de travailleurs du secteur éducation, notamment, des enseignants partis en stage, ne sont jamais revenus; ceux-là exerçant en Europe et même en Amérique touchent toujours leurs salaires mensuels au Gabon, selon les fonctionnaires du secteur éducation ayant requis l’anonymat.

 »Mois j’en connais deux qui ont effectué le déplacement du Gabon, pour se faire recenser avec la complicité des responsables de l’éducation et des autres personnes hautement placées, notamment les politiques qui se mêlent de tout », a souligné un fonctionnaire.

Les personnels de l’éducation en détachement devrait se contenter des indemnités liées à leurs nouvelles fonctions, sinon ils devraient demander à leurs parents et autres parrains qui les nomment à ces postes de ne pas les promovoir.

Dans ces départements ministériels où ils sont formés, ces anciens enseignants sont administrateurs des crédits, donc bénéficiaires de certains autres avantages relatifs à leurs nouvelles fonctions.

 »L’argent qu’ils perçoivent à l’éducation nationale doit être récupéré par le ministère, car ces sommes constituent un manque à gagner dans le budget de l’éducation nationale, et ainsi les enseignants stagiaires attendent plusieurs années avant d’obtenir le poste budgétaire et donc avoir un salaire mensuel », a expliqué un autre fonctionnaire du secteur éducation ayant requis l’anonymat.

Le recensement administratif qui a également lieu à cette occasion doit être décisif pour connaître les véritables problèmes du ministère et ainsi mettre un terme à la gabegie entretenue dans ce département.

Les autres ministères emboîteront, sans doute le pas, à l’Etat en récupérant cette fuite de fonds nécessaires aux ayant droits.

Toutefois la réussite de ce recensement dépendra des responsables de l’éducation nationale, car, si d’aucuns protègent leurs parents, aussi et connaissance, comme d’habitude, ce serait un recensement de plus et pour rien.

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES