spot_imgspot_img

Gabon: « Francophonies invisibles. Emergence, invisibilité romanesque, hétérogénéité et sémiotique », nouvelle critique de la Littérature africaine

Le sémioticien gabonais, Géorice Bertin Madébé, enseignant-chercheur à l’Institut de recherche en Sciences humaines (IRSH) et à l’Université Omar Bongo (UOB) de Libreville, vient de publier chez L’Harmattan une œuvre critique de la littérature africaine intitulée : « Francophonies invisibles. Emergence, invisibilité romanesque, hétérogénéité et sémiotique », a rapporté l’auteur.

L’œuvre critique de Géorice Bertin Madébé débute avec une introduction titrée: « De l’invisibilité romanesque. Francophones invisibles et herméneutiques des ‘’Frontières’’».

Cette introduction ouvre la critique du sémioticien qui articule son étude autour de trois chapitres subdivisés en plusieurs sous thèmes: « De l’émergence à l’invisibilité romanesque. ‘’Rupture’’, ‘’Mutation’’ et Figurativisation de l’espace dans le roman subsaharien de langue française »; « Autour de Ngandu Nkashama. Un jour de grand soleil…Et les conversions de la méthodologie sémiotique ».

La dernière partie de cet ouvrage est intitulée: « Roman invisible et écriture de l’histoire métafigures du langage et littérature africaine: grammaire de la refiguration énonciative du discours engagé ».

La quatrième de couverture indique qu’« à l’évidence, la critique africaine court vers une crise de croissance. Bientôt, ses jours au long cours seront derrière elle. En cause, sa cognition critique, ou si l’on préfère, son épistémologie».

« Celles-ci n’ont pas toujours su rendre la pertinence formelle, la richesse et la diversité ontiques du corpus littéraire subsaharien de langue française. Cela parce qu’elles ont promu des modèles romanesques aussi génériques qu’exclusifs qui ont valeur et statut de littérature africaine», précise-t-elle.

« L’explosion ou le succès actuel du roman dans ce champ de production n’est pas pour atténuer cette crise de croissance qui est aussi une crise méthodologique et sémantique», poursuit-t-elle.

Interrogé par GABONEWS, Géorice Berthin Madébé, a expliqué que « la présente étude sémiotique s’intéresse aux romans sous silence critique ici désignés francophonies invisibles ».

« Je m’appuie sur « Un jour de grand soleil sur les montagnes d’Ethiopie de Pius Ngandu Nkashama. Cette étude se risque à interroger un ensemble de questions problématiques en littérature africaine: non seulement celles de l’émergence, mais aussi celles de l’invisibilité romanesque et de l’hétérogénéité littéraire africaines, » a-t-il précisé.

« Les termes de ‘’Francophonies invisibles’’ désignent une construction intellectuelle qui consacre l’espace francophone institutionnel comme espace de production culturelle en langue française. Et en l’occurrence, de production littéraire. Ils interrogent alors le mode de canonisation et les pratiques critiques qui les déclinent ».

« Francophonies invisibles. Emergence, invisibilité romanesque, hétérogénéité et sémiotique » est un livre de 164 pages, publié en 2009 aux éditions L’Harmattan. Son code ISBN est 978-2-296-07691-4

Georice Berthin Madébé est maître de recherche et titulaire d’un master en sémiologie de la communication. Il est auteur par ailleurs, de: « Utopies du sens en littératures africaines » publié à Libreville aux éditions du Silence en 2005 et de « De Vicko à Ngal. La transparence créative » édité à L’Harmattan (Paris) en 2007.

Dans le même registre, il a commis avec de nombreux autres enseignants et chercheurs « Césaire, le veilleur de consciences », livre-hommage et critique sur l’œuvre et la vie du père de la négritude, Aimé Césaire.

Ce Livre a été présenté vendredi dernier au Centre culturel français de Libreville (CCF).

Exprimez-vous!

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici

spot_imgspot_img

Articles apparentés

spot_imgspot_img

Suivez-nous!

1,877FansLike
131FollowersFollow
0SubscribersSubscribe

RÉCENTS ARTICLES