La première compagnie pétrolière du pays, Total Gabon, a publié ce 14 mai ses résultats financiers pour le premier trimestre 2009, qui présentent un résultat net en chute de 82% et un chiffre d’affaires en baisse de 44% par rapport au premier trimestre 2008. Cette conjoncture morose serait principalement dus à la baisse du prix de vente du brut et des investissements relatifs au re développement du champ d’Anguille.

L’onde de choc de la chute des cours du baril de pétrole brut depuis juillet 2008 a frappé Total Gabon de plein fouet au premier trimestre 2009, avec une chute de 82% de son résultat net, pour s’établir à 20 millions de dollars contre 111 millions de dollars au premier trimestre 2008.

Le chiffre d’affaires du premier opérateur pétrolier du pays a également chuté 225 millions de dollars, contre 398 millions de dollars au premier trimestre 2008, soit une baisse de 44%, en raison notamment de la chute du prix de vente des deux qualités de pétrole brut commercialisées par Total Gabon, le Mandji et le Rabi Light, qui se sont établis à une moyenne de 40 dollars le baril, en baisse de 56% par rapport au premier trimestre 2008 où ils se vendaient à 89,9 dollars le baril.

Ces résultats seraient principalement dus à la baisse des prix de vente du brut commercialisé, à la variation des stocks de brut entre les deux périodes et aux charges d’amortissement plus importantes liées au re développement du champ d’Anguille.

Les opérations de stimulation par fracturation des puits forés en 2008, qui avaient été suspendues en décembre 2008 avec la fin du contrat du bateau de stimulation, ont repris en avril 2009 suite à la signature d’un nouveau contrat.

Le programme des travaux prévoit encore la réalisation de six opérations de stimulation, dont une qui demeure optionnelle, alors que les travaux d’augmentation de la capacité des installations existantes se poursuivent.

Les investissements se sont élevés à 49 millions de dollars au premier trimestre, contre 110 millions l’année dernière à la même époque. Le programme d’investissement a été revu et optimisé pour mieux bénéficier de la baisse des coûts des services pétroliers. Total Gabon vise à cet effet une économie de plus de 100 millions dollars, soit une réduction de 25% par rapport au budget initial.

Face à la faiblesse du prix du Brent, Total Gabon a annoncé la mise en oeuvre de son plan de réduction de coûts, qui prévoit des économies d’environ 45 millions de dollars pour l’exercice 2009, soit une réduction de 15% des coûts opératoires par rapport au budget adopté en décembre dernier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here